Blessure d’abandon

3360

L’ABANDON

Je te conseille de faire le questionnaire des 5 blessures avant de lire les articles correspondants. 

Lise Bourbeau, célèbre psychologue, a répertorié les « souffrances » de l’être humain sous 5 blessures : l’abandon, le rejet, la trahison, l ‘humiliation et l’injustice. Le terme « blessure » symbolise les différents évènements vécus par l’enfant, qui ont marqué son inconscient et construit sa personnalité.                                                                                 L’abandon est une blessure commune à tout le monde, dans la mesure où nous sortons du ventre de notre mère un jour, nous abandonnons donc le cocon, nous sommes séparé de notre mère. La suite des évènements définira à quel degré nous avons cette blessure, un enfant qui naît puis se fait abandonner à l’orphelinat, ou qui perd ses parents, ou un proche, aura cette blessure plus marquée que les autres, c’est pour cela que tu vas peut-être retrouver certains traits de ta personnalité dans ce que je vais décrire, si tu n’en as que quelques uns, c’est que tu as une légère blessure. Si tu les corresponds à pratiquement tous les points, c’est donc ta blessure principale. Tu peux avoir ensuite l’injustice en deuxième blessure, l’humiliation en troisième, par exemple.                        Lorsque l’enfant construit sa psyché, il développe ce que l’on appelle l’égo, son égo, sa personnalité, est chargée de faire tout son possible pour qu’il ne souffre pas trop à chaque abandon. Le trait de caractère principal qui caractérise ces personnes est la dépendance, on les appelle donc les dépendants.

  • La personne qui a la blessure d’abandon a un corps avec des parties molles, même si elle fait du sport ou si elle est mince, elle manquera de tonus. Certaines personnes qui ont une blessure très forte gardent même des physiques jeunes, petits, fragiles, qu’on aurait envie de protéger.
  • Son corps développe souvent des maladies qui lui permettent de se maintenir dans son statut de victime, du coup, elle se fait plaindre et attire l’attention, car le dépendant a manqué d’attention dû à l’abandon. Le terme abandon peut signifier aussi, indifférence, ignorance, quand il était enfant, du coup, il se crée des maladies pour récupérer un peu d’importance.
  • Le dépendant peut développer de la boulimie, il a un gros manque d’amour, en symbolique, l’amour représente la nourriture ( amour de la maman = lait de la maman ) il peut donc avaler des quantités de nourriture, avoir souvent faim, ce n’est pas systématique qu’il prenne du poids. Quand il a faim, il s’énerve, il faut qu’il assouvisse son désir rapidement. Il adore le sucré, les douceurs.
  • Il a besoin qu’on l’aime, il peut donc paraître généreux et serviable, affectueux, attentionné, mais inconsciemment, il cherche à avoir en retour de la reconnaissance, des compliments, de l’amour. S’il n’a pas tout cela, il peut en vouloir à la personne à qui il a donné.
  • Il pleure facilement, il se plaint, il aime se faire passer pour la victime, parler de tous ses problèmes, dresser la liste de ses malheurs.
  • Il déteste dire au revoir, se séparer, s’éloigner, changer, déménager, voyager, il a peur du futur qui symbolise l’inconnu et l’angoisse de l’inconnu est sa plus grande peur. C’est parce qu’il a été abandonné, que les gens l’ont « quitté » qu’il a cette angoisse, le futur offre une possibilité de perdre les gens qu’il ‘aime.
  • Il est dépendant émotionnellement de ses proches, il a besoin de leur présence, du contact, il n’aime pas rester seul trop longtemps, il est souvent très entouré et actif pour combler le vide. Le vide = abandon pour lui, donc son égo le pousse à occuper ce vide.
  • Il accuse souvent les autres d’être indifférent, de le laisser tomber, de s’éloigner ou de le mettre à l’écart. En couple, il supportera mal de voir son partenaire être occupé à autre chose qu’à lui donner du temps.
  • Souffrant d’abandon, il est donc le roi pour abandonner, les projets en cours, les idées, les perspectives, les livres, films ou activités, ou même les personnes, il peut ne pas tenir ses engagements.
  • Il est tactile, il aime le contact, il est chaleureux, il est sensuel, physique et aime le sexe, il peut même s’en servir pour retenir son partenaire.
  • Il demande des conseils mais n’en fait qu’à sa tête, il a juste besoin de l’attention de ses proches, de se plaindre, de discuter.
  • C’est le roi pour rester dans des relations qui ne le rendent pas heureux, il subit, il préfère supporter que de dire adieu, de changer, et de se retrouver seul. Sa plus grande peur est la solitude, il restera donc dans des situations qui lui ne conviennent pas à cause de cette peur. Son entourage peut lui expliquer que c’est nocif pour lui, il en a conscience, mais il restera.
  • Le fait qu’il accepte ces situations prouvent aussi qu’il a un gros manque de confiance en lui, il a souffert de l’absence ou le silence d’un proche étant petit, il a donc eu un manque de compliments et de mots gentils, ce manque l’a construit comme ça et il ne sait donc pas ce qu’il vaut, il se voit à travers les yeux des autres. Si on le complimente, il se sent sûr de lui, si on est indifférent, il se dévalorisera et se trouve nul et moche.
  • S’il réussit à se séparer, il passera alors rapidement dans les bras de quelqu’un d’autre, le célibat ne lui plaît pas, il a donc développé des talents de séducteur pour pêcher ses proies auxquelles il se cramponne comme à une bouée de sauvetage, rapidement.
  • Il ne supporte pas qu’on ne lui réponde pas au téléphone, ou qu’on ne réponde pas à ses questions, qu’on lui fasse la gueule, tout ce qui a un rapport de près ou de loin avec le silence lui déplaît.
  • Il a du mal à dire non, à refuser un service, car il a peur de ne pas être aimé. Le jugement des autres et leur avis est très important pour lui, car je le rappel, il vit à travers l’image que lui renvoient les gens.
  • Son égo étant très développé, il aime parler de lui, il ramène souvent les choses à lui et quand vous lui expliquez votre problème, il peut répondre «  ah ben moi aussi.. ». Il aime parler de ses exploits passés, de ses qualités, il peut même paraître sûr de lui alors qu’en fait, il cherche juste à se rassurer lui-même. Il commence souvent ses phrases par « moi je.. ».
  • Il n’aime pas qu’on lui refuse quelque chose, qu’on lui dise non. Un refus peut le rendre très colérique ou très triste, si la vie ne lui apporte pas ce dont il a envie, il peut même sombrer en dépression.
  • La dépression est très fréquente chez ces personnes, les pensées négatives et même les idées noires également. L’envie de se suicider = abandonner la vie.
  • Sa plus grande angoisse c’est la mort, la sienne, celle de ses proches, cette angoisse est la source de nombreuses peurs, il a peur pour sa survie, peur d’être agressé, peur de manquer d’argent, de ne pas avoir de logement, peur de se séparer ( car séparation = dépression = idées noires = mort ) etc.
  • Il se crée des situations de dépendance, il peut être dépendant physiquement, il a du mal à s’éloigner de son partenaire, il dit que c’est parce qu’il est en manque de sexe. Il peut être dépendant financièrement de quelqu’un, un membre de sa famille, un partenaire ou un organisme, il peut être dépendant des gens car pas de voiture, ou dépendant par rapport à des services qu’on lui rend, etc.
  • Il criera par contre sur tous les toits à quel point il est libre et indépendant, il dira qu’il n’a besoin de personne, si on lui fait remarquer qu’il est dépendant, il niera et restera dans le déni, se persuadant qu’il est responsable et capable de s’assumer. Ce comportement prouve son degré élevé de dépendance. Car la personne qui a une petite blessure d’abandon, aura quelques traits de caractère de dépendant et les reconnaîtra facilement, il se remettra en question.
  • Il crée également facilement des dépendances, la cigarette, la nourriture, l’alcool, les jeux, le sexe, l’argent, jeux vidéos, téléphone, ou la drogue.
  • Il aura souvent affaire à des situations d’abandon, des gens qui le quittent, perte de proche ou d’argent, indifférence, manque d’attention, etc. Car la vie lui enverra des épreuves tant qu’il n’aura pas appris à gérer son ego et accepter le vide, la solitude, la séparation.
  • Il est fusionnel, il peut passer des heures et des jours avec l’être aimé, sans avoir besoin de rien d’autre. Il peut aussi pleurer et supplier les gens de rester avec lui, il s’y prend mal car ce genre de comportements font fuir petit à petit les autres.
  • Il ne prend pas soin de lui, de son corps, de son mental, il n’apprécie pas de prendre ce temps pour lui car ça voudrait dire rester seul pendant des heures, il préfère que ça soit les autres qui s’occupent de lui.
  • Il sait faire culpabiliser et utiliser ce genre de phrase «  je ne mérite pas que tu me traites comme ça.. », « Moi je te donne de l’attention, toi tu t’en fous… », « Je réagis comme ça parce que je t’aime.. », « Tu ne me montres pas que tu m’aimes… » et autres reproches.

Si tu te retrouves dans ces caractéristiques, c’est que tu as une blessure d’abandon et un profil de dépendant, je te conseille de travailler sur toi afin de te libérer de cette blessure qui gâche ta relation aux autres. Voici quelques conseils :

Prends une feuille et note toutes les caractéristiques qui te correspondent dans ce que je viens décrire. Dresse ensuite la liste de tous les abandons que tu as vécu étant enfant ( naissance, déménagement, mort d’un proche, maladie, situations de séparation, parent absent, silencieux, etc. )La guérison passe par la compréhension et la prise de conscience de tes comportements. Pas la peine d’essayer de changer dans un premier temps, il faut juste accepter et comprendre pourquoi tu as été construit comme cela. Tu peux noter aussi si un de tes parent se comporte de la même manière, tu verras alors que les blessures sont généralement transmises de génération en génération, c’est ce qu’on appelle le trangénérationnel. 

Tous les soirs ( ou le plus souvent possible ) tente d’écrire comment tu as agi dans la journée en fonction de tes défauts. Ne te juge pas, note juste comment tu t’es comporté.

Fais de même pour les choses positives, dis-toi que tu es fier de toi. Pas la peine de tenter d’arrêter de t’ auto-critiquer, il faut simplement trouver un équilibre entre tes pensées envers toi-même qui te dévalorisent et celles qui reconnaissent tes qualités, sans tomber dans le narcissisme.

Répète ces phrases le plus souvent possible ( au moins 2 fois par jour ) :

J’aime mon profil de dépendant car il me protège de la souffrance, j’accepte mon profil de dépendant, je pardonne à mon profil de dépendant car j’ai été construit comme cela, il est dû à ma blessure d’abandon, et j’avance.

Je vais me libérer, devenir indépendant, autonome, je m’apporte compliments, reconnaissance et attention, je suis fier de moi et de mon désir d’évoluer, je suis confiant en l’avenir, j’accepte l’absence et le silence, j’apprécie la solitude et je trouve des moyens de m’occuper de moi, je suis positif, joyeux, en bonne santé et serein. Aide-toi avec l’article sur l’auto-suggestion.

Fais la liste de tout ce que tu veux changer, dans tes traits de personnalité, ce que tu veux devenir, ce que tu aimerais faire, quel problème aimerais-tu effacer, note tout sous forme positive : je vais changer de travail, je vais être plus positif, je vais gagner plus d’argent, je vais trouver un appartement, etc..

Et relis cette liste régulièrement, visualise ces situations ou ces comportements, que t’apporteraient-ils, ferme les yeux, mets une musique et prends 10 min pour imaginer un futur agréable et imaginaire, réitère l’expérience le plus souvent possible ( bus, train, wc, salle d’attente…)

Aide-toi avec l’article sur la visualisation.

Prends du temps pour toi, n’oublie pas qu’on reproche aux autres ce qu’on se reproche à soi-même, si tu les accuses de ne pas te donner d’attention, c’est que tu ne t’en donnes pas à toi-même, si tu les accuses de te laisser tomber, c’est que tu ne te soutiens pas. Alors fais du sport, va marcher, te promener, apprends à être seul, fais-toi des masques, des gommages, des soins, fais-toi beau, mets-toi un film, fais des activités qui te font du bien, mets de la musique, apprends à rester seul dans tes pensées, à apprivoiser la solitude car tu vas passer ta vie avec toi-même, il va bien falloir que tu apprennes à t’aimer et à te supporter, à avancer sans avoir peur du lendemain ou de perdre les gens, on ne peut pas passer sa vie collé à quelqu’un, on doit vivre pour soi ! La méthode Ho’oponopono, Les 5 dimensions et la méditation peuvent t’aider à guérir cette blessure.

 

Juliette Vinay

 

Pour aller plus loin

Les bases de la psychologie    les outils de guérison     Santé & Bien-être 

Laisser un commentaire