Une névrose, qu’est-ce que c’est ?

Une névrose est une maladie mentale, qui touche nos comportements, nos émotions et nos ressentis. La différence entre une psychose et une névrose est que dans le cas de la névrose, la personne qui en souffre est consciente de sa souffrance, alors que le psychotique est déconnecté de la réalité. Le mot « névrose » a été inventé par le médecin écossais William Cullen en 1769. la névrose vient du mot « nerf » et représente donc une difficulté à gérer ses nerfs, ses humeurs et ses émotions.

images

Ça vient d’où ? 

Les névroses se déclenchent lorsqu’on a vécu des chocs traumatiques pendant l’enfance ( les chocs traumatiques peuvent être graves ; abandon, viol, violence, maladie, perte d’un proche, etc. Mais peuvent correspondre également à une succession de petits chocs ; critiques, moqueries, rejet, indifférence, etc. ) Dans tous les cas, n’essayez pas de vous souvenir de ces évènements car ils ont été refoulés dans la zone inconsciente de notre psyché, comme s’ils avaient été mis aux oubliettes ! Comme l’a dit Freud en 1939, c’est justement ce processus de refoulement qui est la cause de la névrose. 

illus1711

Combien ?

Il y aurait 12% de la population française qui serait névrosée, voire plus car beaucoup ne sont pas recensés et ne se font pas aider. Bon nombre d’entre eux prennent des médicaments type antidépresseurs ou autres, mais seulement 15% d’entre eux notent une amélioration et une guérison.

b_1325730218664

Symptômes 

Les débordements émotionnels ( colère, tristesse, etc. ) sont un des symptômes de la névrose.

Le névrosé voit la réalité comme s’il portait des lunettes qui déforment, il a tendance à interpréter et déformer les situations qu’il vit. Exemple : une femme a été abandonnée par son père dans son enfance, lorsque son conjoint actuel décide de partir en vacances, elle le vit comme un abandon et cela provoque une crise de nerf. Elle interprète la situation et la voit à travers ses lunettes en calquant la réalité à son histoire passée avec son père

Le sujet a tendance à rejeter la faute sur son entourage, ou sur la vie en général, en se plaçant dans un rôle de victime vis à vis de tout ce qui lui arrive. On appelle cela la projection, et c’est un mécanisme psychologique qui empêche le patient d’évoluer et de reprendre sa vie en main

sticker-mural-lapin-lunette

Maladies névrotiques 

La névrose d’angoisse, l’anxiété et le stress, la crise de panique, les phobies, l’hystérie, la dépression, les dépendances, l’hypocondrie ( avoir peur d’être gravement malade ), et les obsessions font partie des maladies névrotiques. 

smiley-fou

Ça se soigne ? 

Le cerveau est fait de voies neuronales ( constituées de millions de neurones ) qui communiquent entre les différentes zones du cerveau, les dernières recherches en neurologie ces vingt dernières années, grâce à l’imagerie cérébrale, ont montré que le cerveau de l’être humain évolue constamment, se modifie et se transforme grâce à ces voies neuronales. Exemple : un aveugle ne voit pas, ce qui voudrait dire que l’ère visuelle de son cerveau n’est plus active. Pourtant, quand il touche un object, les neurones de l’ère sensorielle migrent jusqu’à son ère visuelle et on peut donc dire que l’aveugle « voit » avec ses mains. Autre exemple : un homme a eu un grave AVC et ne sait plus parler, ni marcher, ni écrire ou lire. Pourtant, comme un enfant, il peut tout réapprendre de A à Z, grâce à ces neurones. C’est ce que Daniel Stern appelle la « transmodalité ». Conclusion : un problème comportementale dû à une névrose peut être modifié et on peut réapprendre à réagir d’une manière différente. 

1007424-Artériographie_cérébrale

Comment ? 

Boris Cyrulnik nous explique que les enfants qui ont manqué d’amour et d’attention dans les premières semaines de leur vie, ou ceux qui ont vécu de gros stress dans les derniers mois de grossesse, ont une atrophie de la zone fronto-limbique ( zone du cerveau qui gère la parole et les émotions ). Le manque d’amour crée donc des dommages au niveau comportemental  et psychologique, mais également au niveau physique et neurologique. Des chercheurs comme Hervé Allain, ont étudié des enfants abandonnés, qui avaient ensuite été placés en famille d’accueil et avaient reçu de l’amour. En quelques temps, leur zone fronto-limbique s’était regonflée. Conclusion : l’amour, l’affection et l’attention ( qu’on apporte aux autres, qu’on nous apporte ou qu’on se donne à soi-même ) est le premier remède contre les névroses, c’est prouvé par la science ! 

Pierre Bustany a étudié le cerveau et s’est aperçu que lorsqu’on imagine une action, tous les neurones de notre cortex prémoteur ( zone de l’action physique ) s’activaient. Les grands sportifs se servent de cette méthode de « visualisation de la victoire » depuis des années. En visualisant donc des situations positives, des réactions et des émotions positives, nous pouvons réapprendre petit à petit à réagir autrement. 

Le cerveau étant neuroplastique, il peut donc changer et se modifier lui-même, certains chercheurs le comparent à un muscle qui a besoin d’entraînement quotidien. C’est donc par des petites actions régulières que nous pouvons espérer guérir. Boris Cyrulnik et Daniel Choquet ont prouvé que les plus gros moteurs de croissances neuronales sont : le désir, l’affection, l’interrogation, la réflexion, l’action, l’effort volontaire, apprendre, aimer, agir et méditer. 

Apprendre à respirer profondément, prendre conscience de notre état présent, de nos émotions, de ce que l’on vit dans le moment présent, accueillir les émotions négatives et les observer simplement, faire du sport, trouver des activités qui détendent… font partie des méthodes de rééducation cérébrale. Le rôle du thérapeute est de donner un coup de pouce au patient pour lui permettre de développer ses propres capacités d’auto-rééquilibrage et d’autoréparation. C’est ce qu’on appelle la psychologie positive. 

guerir-pensee-positive-410

Juliette Vinay

Source :  » Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner ». Boris Cyrulnik, Pierre Bustany, Jean-Michel Ourghourlian, Christophe André, Thierry Janssen, Patrice Van Ersel.

www.psychologie.com

Molecular Thoughts
zen
positive attitude
positive2

Laisser un commentaire