Les émotions : notre héritage préhistorique

Au temps des hommes préhistoriques, on vivait en groupe. Être exclu du groupe, être laissé de côté, était synonyme de mort. Comment faire pour se nourrir seul et se protéger contre les prédateurs ? Quasiment impossible. Il a donc fallu que la nature nous dote de capacités pour continuer à attirer l’attention sur nous : les émotions. 

«  Quels sont les buts sur notre cerveau nous pousse à viser ? Forger des liens, créer une communauté, organiser et orchestrer notre monde de façon à en être le centre. » Dr. Louann Brizendine. 

pierrafeu-680x556
Colère

A cette époque, la colère était un signal d’alarme lorsqu’on se sentait agressé. Si quelqu’un s’approchait de nous dans le but de nous faire du mal, la colère nous permettait de faire face à l’agresseur, voire de lui faire peur et donc de le faire fuir. La colère nous servait donc à éloigner le danger.

Physiquement, elle nous prépare également à l’action en augmentant l’activité cardio-repiratoire. La respiration devient rapide et ample, c’est ce qui permet d’avoir un volume sonore dans la voix plus élevé. La colère entraîne aussi une contraction musculaire dans tout le corps, au cas où on aurait besoin de se battre ou de s’enfuir en courant, mais aussi dans les muscles du visage, ce qui nous donne un air dur censé intimidé l’agresseur en face. 

5516463-Dr-le-de-caract-re-grotte-dweller-dessin-anim-et-vecteur-Banque-d'images
Tristesse

Se mettre à pleurer était une technique inventée par mère nature pour récupérer de l’attention. Quand on était mis à l’écart du groupe, se mettre à pleurer,  manifester de la souffrance,  activait les neurones miroirs chez les autres et donc l’empathie, ce qui nous permettait de récupérer de l’attention et d’être réintégré dans le groupe.

Encore aujourd’hui, quand un proche ne nous donne plus d’attention, notre cerveau reptilien ( qui déclenche la peur de mourir inconsciente ) active notre système limbique ( zone des émotions ) et déclenche les larmes. Grâce à cette émotion, nos proches nous apportent attention, écoute, soutien et donc affection et amour. Grâce à la tristesse, on redevient le centre de l’attention. 

illustration-de-dessin-animé-d-homme-des-cavernes-11794237
Amour

L’attirance sexuelle est une astuce qui nous permettait ( et nous permet toujours ! ) de multiplier le nombre de chances de préserver la survie de l’espèce et de se reproduire au maximum. Mais planter sa graine partout ne suffisait pas à s’assurer que les enfants grandissent et survivent. Nous allons donc faire une différence entre amour passionnel du début d’une relation, et le sentiment d’attachement que l’on ressent lorsque la relation évolue au fil du temps.

En effet, si un mâle restait près de la femelle, l’enfant à naître avait d’autant plus de chances de survivre, d’être protégé des prédateurs, et d’être nourri. C’est quand même plus simple d’élever un enfant à deux que tout seul, on est d’accord ? La nature a donc équipé notre cerveau du sentiment d’attachement. Ce sentiment nous permettait également de ne pas tuer nos enfants, nos parents, nos proches dans un moment d’emportement ou de folie passagère. 

depositphotos_12074128-Prehistoric-couple copie
Manipulation

Vous l’avez compris, les émotions sont un bon moyen de manipuler d’une certaine manière ( souvent inconsciente ) notre entourage. Aujourd’hui, nous avons plusieurs cordes à notre arc pour continuer à garder l’attention sur nous, et donc garder le contrôle sur notre entourage : se mettre en colère, menacer, crier, donner des ordres, reprocher, critiquer, faire peur, pleurnicher, se plaindre, faire des caprices, mais aussi se taire, ne pas s’affirmer ni s’exprimer clairement par peur de créer un conflit, d’être rejeté et abandonné.

Les personnes qui se servent quotidiennement et à outrance de ces comportements sont appelés  » des pervers manipulateurs » , ce sont des assoiffés d’attention qui ont besoin d’être le nombril du monde et d’avoir un maximum de proches autour d’eux, un maximum de sources potentielles de nourriture émotionnelle. 

resize

Nos émotions ont bel et bien une fonction et c’est inutile de les nier, de vouloir les empêcher d’exister. Les études ont montré que refouler une émotion est très néfaste pour notre santé physique et mentale. Les psychothérapies cognitivo-comportementales recommandent deux méthodes : accepter ses émotions en les transformant en positif, et se montrer patient et compréhensif envers elles. Les émotions sont humaines, naturelles et ancestrales, tenter de les étouffer, de les chasser, revient à dépenser une énergie folle et inutile. Il suffit d’écouter le message qu’elles nous apportent, de les comprendre, de les apprivoiser et surtout, d’apprendre à les exprimer correctement. 

Juliette Vinay

Voici une super vidéo qui vous explique en détail le fonctionnement des émotions :

Cette vidéo vous explique clairement le sentiment d’attachement et d’amour :

Articles conseillés
snake-303696_960_720-300x286
vice-versa copie
Capture d’écran 2015-12-06 à 12.17.28

Laisser un commentaire