Les 4 accords Tolthèques

pyraitza1

LES ACCORDS TOLTHEQUES

«  Les Toltèques vivaient il y a des milliers d’années, à travers tout le sud du Mexique. Ce peuple était constitué d’artistes et de scientifiques voués à explorer les connaissances spirituelles.

Cette sagesse ancestrale a été transmise au fil des générations.                      Don Miguel Ruiz nous délivre ces enseignements spirituels Toltèques au travers de son livre Les quatre accords toltèques, la voie de la liberté personnelle.                                

Ces quatre accords sont des lois à respecter qui, si vous y parvenez, vous amèneront à vivre plus sereinement.

Voici un résumé de ces commandements.

Que votre parole soit impeccable.

Ce premier accord est primordiale. Ne jugez pas, ne critiquez pas, n’insultez pas, de dîtes pas du mal de vos proches, ne jouez pas les commères. Vous avez le droit d’avoir votre opinion mais respectez les personnes qui vous entourent, vous pouvez constater un comportement ou des paroles qui vous ont déplu, mais tentez d’être compréhensif, d’être compatissant. Lise Bourbeau a dit « il n’y a pas de méchant, il n’y a que des souffrants ». Et oui, chaque attitude, chaque comportement négatif traduit une blessure émotionnelle qui n’a pas été guérie, cette blessure date généralement de l’enfance. Donc tant que nous n’avons pas toutes les informations concernant la personne sur laquelle nous portons un jugement, nous ne pouvons pas nous permettre de la condamner.                                                                                                                                 

Alors évitons au maximum d’être dur avec nos mots, car chaque mauvaise parole prononcée est comme un poison verbal que nous envoyons, une sorte de sort qui touche la personne que nous blâmons. Ensuite, c’est l’effet boomerang, on envoie des mauvaises ondes, on reçoit des mauvaises ondes, on dit du mal des autres, on dira du mal du nous.                                         

Avec vos proches, amis, famille, conjoint, apprenez à communiquer autrement, au lieu de juger en employant le « tu » négatif , « tu es nul, tu m’énerves, tu fais ça mal », employez plutôt le « je » positif, « j’aimerais que tu me parles plus, j’aimerais faire telle activité avec toi plus souvent, etc ».                                                                                                                                  

N’oublions pas que tout ce que nous reprochons aux autres n’est qu’une projection de ce que nous nous reprochons à nous-même. Chaque fois que vous critiquez quelqu’un, demandez-vous si vous n’avez pas un jour été à sa place, si vous n’avez pas agi de la même façon et s’il est vraiment nécessaire de lui jeter la première pierre. Demandez-vous également si vous ne passez pas votre temps à vous critiquer vous-même, à vous dévaloriser, à culpabiliser.                         

Les gens que nous croisons nous renvoient notre propre image, chaque personne nous ressemble sur un trait de caractère, un défaut ou une qualité. Certains croisent notre existence pour venir nous montrer un aspect de soi, pour prendre conscience d’un point négatif. C’est ce qu’on appelle la théorie du miroir.

La parole impeccable doit donc s’appliquer avec notre entourage mais également envers nous-même. Personne n’est parfait, tout le monde fait des erreurs.

Quoi qu’il arrive, n’en faîtes pas une affaire personnelle.

La théorie de la projection et la théorie du miroir doivent nous servir à ne pas prendre personnellement les attaques et les critiques. Si votre interlocuteur vous reproche quelque chose, dîtes-vous qu’il se le reproche certainement à lui-même et qu’il projette cette pensée sur vous, vous lui faîtes miroir sur un aspect de sa personnalité qu’il a du mal à voir. Vous pouvez également vous dire que cette personne est en colère contre elle-même, qu’elle n’est pas dans un bon jour, ou une bonne période. Si vous pensez avoir commis des erreurs, alors demandez simplement pardon, nous ne pouvons pas convenir à tout le monde et parfois certains comportements peuvent déranger ou blesser notre entourage.                                                   

Mais il est très important de comprendre que nous ne sommes pas le centre du monde, nous ne sommes pas l’unique source du malheur et du bonheur de notre entourage et enfin, nous ne sommes pas responsable des blessures, des humeurs et des comportements des autres. Nous devons simplement se montrer compréhensif avec les gens qui se mettent en colère ou qui sont tristes, nous pouvons les conseiller mais en aucun cas nous ne devons croire que nous sommes la source de leur problème.

Chacun est responsable de sa propre évolution, chaque épreuve de notre existence est là pour nous apprendre quelque chose, nous devons simplement apprendre à assumer nos responsabilités, à nous gérer sans tout mettre sur le dos des autres, ou de la vie, nous devons tirer la leçon et le positif dans chaque situation négative et arrêter de se placer en victime.

Cette façon de penser allègera votre sentiment de culpabilité lorsqu’un proche vous accable et vous rend responsable de ses soucis. Que vous soyez parent, enfant, ami ou petit ami, laissez les personnes autour de vous gérer leur vie. Croire que nous avons un contrôle sur les humeurs et les sentiments des autres est une illusion, nous ne pouvons que conseiller si on nous demande conseil, apporter notre aide si on nous la demande et être présent, mais en aucun cas porter les problèmes des autres sur notre dos. C’est trop lourd et ce ne serait pas leur rendre service.

Ne faîtes pas de supposition.

Nous avons tous tendance à employer ce genre de phrases : « j’imagine qu’il pense ça… Je pense qu’il agit comme ça… Je suis sûr que c’est comme ça… » alors que nous n’avons de preuve. Si vous avez un doute sur quelqu’un, sur sa façon de penser ou d’agir, posez la question directement, en fonction des réponses, vous pourrez ensuite constituer votre propre avis.       

Nous faisons également énormément de suppositions pour le futur : «  J’ai peur qu’il arrive ça… Je pense que ça va mal tourner… Je crois que… ». Toutes ces suppositions négatives vous empêchent simplement d’avancer, de faire des expériences et chaque expérience est bonne à prendre, chaque situation a son lot d’informations à nous apporter qui peuvent nous servir. Un échec peut être parfois une bonne chose, une erreur peut nous faire prendre conscience d’un mauvais comportement de notre part et ne pas reproduire par la suite.

Ne faîtes pas de supposition signifie : vivez l’instant présent et tirez des conclusions par la suite.

Faîtes toujours de votre mieux.

À la fin de la journée, dîtes-vous que vous avez fait de votre mieux, que vous avez donné le maximum en fonction de vos connaissances, vos capacités, votre âge ou votre situation. Prenez conscience de vos erreurs sans culpabiliser, ni vous juger, dîtes-vous simplement qu’aujourd’hui vous avez fait ce que vous pouviez, demain vous ferez mieux. L’être humain est imparfait mais il s’améliore et évolue de jour en jour. Prendre en compte cette information permet de ne pas s’en vouloir en permanence, de ne pas accumuler de regret ou de colère. Nous avons tous tendance à être perfectionniste, à se dire que nous avons mal fait, que nous pouvions mieux faire. C’est vrai, mais rappelez-vous que au jour d’aujourd’hui, vous avez fait de votre mieux, simplement.      

Vous devez faire la différence entre culpabilité et remise en question.                                     

Les phrases du type : «  je suis nul… J’ai merdé… Je n’y suis pas arrivé…etc » traduisent un sentiment de culpabilité qui ne fait absolument pas avancer, plus vous vous persuadez que vous n’y arrivez pas, plus vous vous arrêtez sur le moindre défaut et le moindre faux pas, moins vous évoluerez. Les phrases du type : « j’ai fait de mon mieux… Je suis fier de ce que j’ai réussi à accomplir… J’ai fait des erreurs mais demain je ferais encore mieux… » traduisent de la remise en question.

Prenez conscience de vos faux pas mais ne focalisez pas dessus, voyez également le positif qu’il y a chez vous et gardez en tête que nous évoluons, nous nous améliorons et nous avançons tous les jours. Chaque jour est une épreuve, chaque jour nous apprenons de nouvelles connaissances, chaque jour nous progressons grâce aux expériences. Soyez satisfait de vous-même.

Si vous tentez de mettre en application ces quatre accords, vous verrez rapidement les changements arriver dans notre vie. Vous vous sentirez plus calme, moins irritable, moins vexé et blessé par la moindre chose en permanence. Vous ressentirez également un sentiment de liberté mentale. Ce qui nous emprisonne réellement c’est la peur, la culpabilité, la colère et la déception. Plus nous avons une attitude positive, plus nous attirons à nous des situations et des personnes positives. Question de logique. « 

Juliette Vinay

Pour aller plus loin

La spiritualité        les bases de la psychologie      Les outils de guérison      Les 20 commandements de la zen attitude 

Laisser un commentaire