L’égo est une liste

Liste-de-sites-300x256

L’ensemble de toutes vos réflexions, votre capacité à penser, réfléchir et imaginer, tout ceci représente le processus du mental. Le mental, c’est le flot ininterrompu de pensées qui traversent votre esprit constamment.

Il est le support de nos questions, nos doutes et nos appréhensions, mais également de notre capacité à nous organiser, à planifier, à se faire un avis sur un sujet, à recracher nos connaissances ou encore à se souvenir du passé.

Certaines pensées viennent de notre conscience, cette partie de nous qui nous veut du bien, et d’autres viennent de notre inconscient et donc de notre égo. Pour les reconnaître, c’est simple :

celles qui viennent de l’égo procurent chez nous des émotions désagréables, quant à celles qui proviennent de la conscience, elles nous apportent joie et lâcher prise.

La boucle sans fin

Vous pourrez facilement repérer votre processus mental lié à l’égo quand vous avez à faire avec des pensées qui tournent en boucle. En effet, l’égo adore la répétition, comme les enfants qui ont besoin de revoir un dessin animé environ 56 fois pour bien cerner toutes les subtilités et les détails.

Si on donne de l’attention à notre propre esprit, on peut s’apercevoir que le mental n’est pas super original, il tourne régulièrement autour des mêmes pensées :

L’organisation : qu’est-ce que je vais manger ce soir ? Qu’est-ce que je fais ce weekend ?

Le passé : tous les souvenirs, de la veille, de la semaine, de l’année, de la dernière décennie, etc…

Le futur : imagination, création, projection, appréhension ou angoisse pour l’avenir.

Chaque pensée provoque en nous un sentiment, ou une émotion. Chaque émotion crée un comportement de notre part, qui déclenche à son tour une réaction chez les personnes qui nous entourent, et l’ensemble de ces interactions composent notre vie relationnelle. La qualité de nos échanges induira de nouvelles pensées et réflexions, etc, etc…

Une pensée positive, comme par exemple : «  j’aime bien ma nouvelle collègue de boulot », entraîne une sensation de joie, on va donc se montrer souriant et accueillant avec cette nouvelle arrivée dans l’entreprise, qui en échange, va se montrer reconnaissante et contente d’être là. Notre relation avec cette personne s’avère donc positive, on continuera donc à penser du bien de cette personne.

À l’inverse, si une pensée négative traverse notre esprit, comme « ma nouvelle collègue a l’air hautaine et narcissique. » Ces pensées peuvent causer en nous des sentiments de dédain, de critique, de méfiance, voire de colère. Notre attitude envers la personne sera alors fermée, froide ou cassante, la personne en face va nous renvoyer la balle, et notre relation avec elle sera plutôt négative.

Tout ce mécanisme est comme une boucle qui tourne sans fin.

D’où l’importance de souligner que ce ne sont pas les gens et les situations extérieures qui nous font du mal, mais bien notre propre mental, les idées et pensées qui traversent notre esprit.

Pour changer nos attitudes ou les situations que nous attirons à nous, et inverser le sens de la boucle, il suffit donc de modifier la source : nos pensées.

La liste sans fin

Pour provoquer de la souffrance en nous, l’égo c’est le chef, et il se sert d’un outil imparable : les listes !

Vous aviez une mère qui pestait du matin au soir et vous avez eu cet exemple pour construire votre personnalité quand vous étiez enfant. Cette attitude de plainte récurrente est ancrée et programmée dans votre inconscient. Pour reproduire fidèlement ce comportement, votre inconscient va se servir de votre mental pour faire la liste de toutes les bonnes raisons de râler aujourd’hui : la politique en France ça ne va pas du tout… Je suis à découvert de 100 euros… Ma mère ne m’a même pas rappelé… Mon mari n’a pas nettoyé le micro-ondes… Ma femme m’a encore fait des remarques ce matin… Ils ont arrêté mon émission préférée… etc.

S’il est à court d’idées, le mental peut même aller jusqu’à fouiller dans les dossiers du passé.

Que votre habitude émotionnelle soit la colère, la rancune, la plainte, la tristesse, la nostalgie, la peur, le stress, ou la culpabilité, le mental s’empressera de faire la liste de toutes les bonnes raisons de ressentir telle ou telle émotion.

L’égo est donc le pro des listes sans fin qui rassemblent des faits, des caractéristiques, des situations et les comportements des uns et des autres, pour nous maintenir dans une boucle émotionnelle.

Les troubles obsessionnels mentaux

Non seulement l’égo est le pro des listes, mais en plus, il adore les lire et les relire, histoire que ça s’imprime bien profondément dans notre esprit.

Prenez par exemple une dispute que vous venez d’avoir avec un proche, combien de fois la scène et les pensées qui vont avec vont-elles se repasser dans votre tête en l’espace d’une semaine ?

Un bon nombre ?

Si votre émotion favorite par exemple, c’est la culpabilité, votre mental va faire la liste de tout ce que vous pourriez vous reprocher, et il va vous passer et repasser cette liste plusieurs fois par mois, par semaine ou même par jour.

Il faut vraiment intégrer le fait que l’égo a un petit côté masochiste, voire un gros, et qu’il aime nager au milieu des pensées et des émotions qui peuvent déclencher de la souffrance.

Imaginez que vous venez de vous réveiller et une personne s’assoit au bord de votre lit et vous dit : tu sais, t’as pas de chance dans ta vie, t’as perdu ta grand-mère l’année dernière, tu t’es fait larguer trois fois de suite, tu n’aimes pas ton boulot, tu n’as pas de vacances avant quatre mois, t’as pris trois kilos …

Quelle serait votre réaction ?

Lui jeter un coussin en pleine figure ? L’insulter ? Vous pendre à votre rideau de douche ?

Et bien, votre égo agit parfois exactement de la même manière : vous venez à peine d’ouvrir un œil et vous n’avez pas encore posé un pied par terre qu’il est déjà en train de faire des listes moroses, en déversant dans votre esprit toujours les mêmes pensées obsessionnelles.

Oui, l’égo a des TOM ( Trouble obsessionnel mentaux ). Il ne peut pas s’empêcher de répéter toujours la même rengaine. Il y tient à ses listes, il y tient à sa souffrance, c’est tellement habituel, connu et donc rassurant pour lui, qu’il refuse de lâcher prise, de changer de disque ou de se taire tout simplement.

Et d’ailleurs, s’il se tait, par quoi va-t-on remplir le silence ?

Changer de liste

Pour aller vers un bien-être mental, et donc physique et émotionnel, il est important dans un premier temps de repérer nos processus mentaux, les listes négatives et les TOM qui assaillent notre esprit comme des soldats qui envahissent un pays lors d’une guerre. Une fois que l’on décèle les mécanismes de répétition de pensées négatives, on peut essayer ces petits exercices pour inverser la vapeur :

  • Occuper son mental à faire autre chose : un mental qui s’ennuie, c’est un mental qui aura plus de chance de tourner en boucle, ressasser et faire des listes pour passer le temps. L’oisiveté est la mère de tous les vices, et si votre seule nourriture cérébrale est de regarder le fil d’actualité facebook ou les anges de la télé-réalité, ne vous étonnez pas que votre mental se déchaîne.
  • Méditer : votre mental et votre égo ont énormément besoin d’attention, méditer s’avère donc nécessaire pour apprendre à écouter votre propre esprit, à détecter les mécanismes de répétition, à le connaître mais aussi à accepter et aimer chacune de vos pensées.
  • Faire des listes positives : pour remplacer les pensées qui nous nous font du mal, il est important de cultiver celles qui nous font du bien à l’inverse. Prendre un cahier et noter tout ce qui va bien dans notre vie, tout ce qui nous rend joyeux ou reconnaissant, ou bien faire la liste de tout ce qu’on aimerait voir se réaliser dans notre vie future, voyages, activités, moments de partage, etc.
  • L’île de la paix : dans votre esprit il y a deux zones, une île paradisiaque et la mer agitée et tumultueuse autour. Sont autorisées à séjourner sur l’île toutes les pensées en rapport avec la paix, la joie, le bonheur, la positivité et le moment présent. Sont interdites de séjourner les pensées en rapport avec le stress, la culpabilité, la tristesse, la rancune, le jugement, le passé et l’appréhension du futur. Ce petit exercice peut être réalisé mentalement à n’importe quel moment de la journée : lorsque vous vous apercevez qu’une pensée positive vous traverse, souhaitez-lui la bienvenue sur l’île de la paix. Lorsque c’est une pensée négative, demandez-lui gentiment de bien vouloir rester dans la zone de la mer agitée.

La paix est un choix, elle ne vous tombera pas dessus un beau matin en vous réveillant, et vous ne l’obtiendrez pas grâce aux évènements et aux gens qui vous entourent. La paix de l’esprit est en vous, il est nécessaire de travailler sur votre mental pour pouvoir y accéder.

Juliette Vinay

Articles conseillés
égo
school-of-psychology-21-250x250
Capture d’écran 2015-12-06 à 12.17.28

Laisser un commentaire