L’égo est un bulldozer

coloriage-bulldozer-14010

L’égo est le seul et unique frein dans notre évolution personnelle. Ni nos proches, ni la vie, n’a un tel pouvoir sur nos décisions. Nous sommes les seuls responsables des blocages qui entravent notre liberté.

Pourquoi ?

Comment nous freine-t-il ?

Et surtout, comment mettre notre égo au service de notre évolution ?

Pourquoi ? 

Je rappelle que l’égo est un mécanisme psychologique, donc mental. Et d’où vient le fonctionnement de notre mental ( la blabla dans notre tête ) ? Et bien de notre cerveau.

Notre psychologie ( entendez par là nos pensées, nos comportements, nos réactions ) vient de notre cerveau. C’est la boîte noire de notre personnalité, où a été stocké tout ce que nous avons vu et entendu depuis notre vie intra-utérine. Il est également façonné par les gênes que nos parents nous ont transmis, mais aussi par notre expérience et notre vécu. Nous avons vu nos proches réagir de telle ou telle manière, nous avons ensuite reproduit ces comportements, qui ont créé des routes dans notre matière grise ( des chaînes neuronales ) que nous avons empruntées des milliers de fois.

Plus on avance dans l’âge, plus les routes se sont épaissies, agrandies, pour former alors des autoroutes. C’est ce qu’on appelle des habitudes comportementales.

Un jour, vous prenez conscience que vos réactions ne sont pas adéquates, et qu’il serait temps de les changer. Vous envisagez de changer de vie, vous aimeriez vous améliorer, vous désirez vraiment être heureux… Oui, mais pas votre égo.

Votre égo ne veut pas changer, non pas parce qu’il veut vous embêter, ou parce qu’il vous veut du mal, non, votre égo refuse simplement d’avancer dans la nouveauté, parce que votre cerveau ne lui permet pas.

Exemple : vous vous mettez en colère dès qu’on rejette vos idées, et vous aimeriez vraiment devenir plus calme, et laisser couler. Oui, mais le problème, c’est qu’il existe une route dans votre cerveau avec un panneau sur lequel il est inscrit «  je m’énerve quand on me rejette ». Et votre égo va l’emprunter bêtement chaque fois que vous serez remis dans une situation de rejet.

Pas la peine de lui jeter la pierre, il n’a pas d’autre option, il n’y a que cette route.

Vous énerver contre votre égo reviendrait à passer un savon à votre ordinateur qui a ouvert le logiciel VLC quand vous lui avez demandé de lire le film. S’il n’y a que le logiciel VLC d’installé sur votre ordinateur, vous comprenez bien que vous perdez légèrement votre temps…

Comment nous freine-t-il ? 

L’égo est un bulldozer, un destructeur de projets, il vous barrera la route chaque fois que vous aurez envie de nouveauté.

Exemple : Vous avez envie de changer de travail. Vous imprimez vos CV mais vous ne les envoyez pas. L’égo ne vous y autorise pas. Parce que nouveau travail = épanouissement personnel = route inexistante = pas possible. ( Surtout si vous n’avez jamais connu l’épanouissement dans votre vie professionnelle, ni vous, ni vos parents… )

Exemple 2 : Vous rêvez d’une vie de couple paisible, harmonieuse, sereine. Mais quelque soit la personne en face de vous, vous créez des disputes, vous rompez ou alors vous vous fermez comme une huître. Pourtant vous êtes amoureux, vous en avez envie, mais vos réactions créent le chaos et vous renvoient à votre célibat. Parce que relation de couple heureuse = épanouissement personnel = route inexistante = pas possible. ( Surtout, si vous avez vécu des relations houleuses et douloureuses par le passé… )

Exemple 3 : Vous broyez du noir un peu trop souvent, mais vous aimeriez être positif. Vous achetez des tonnes de bouquins sur le sujet, mais dès qu’une petite situation vous contrarie, vous retombez dans vos habitudes mentales pessimistes. Parce que être positif = route inexistante = pas possible.

Vous avez compris l’idée…

Comment le mettre au service de notre évolution ? 

Déjà, prenez de la distance vis à vis de votre égo. Vous devez le voir comme un moyen de locomotion et non comme le conducteur.

Vous êtes le conducteur, votre conscience, votre libre arbitre, pilote l’engin, mais si vous ne tenez pas le volant fermement, votre voiture finira par vous envoyer droit dans le mur.

Votre rôle est alors de construire de nouvelles routes pour pouvoir ensuite les emprunter, si les routes existent, l’égo les empruntera volontiers. En fait, ce n’est pas lui qui décide, vous aurez juste à décider de la destination et à tourner le volant.

Et comment construire des routes ? Et bien on reprogramme le cerveau.

Quel que soit l’objectif : que vous souhaitez changer de travail, de ville, de partenaire, de comportement, de type de pensée, gérer vos émotions, reprendre confiance en vous, ou autres…

Plusieurs options s’offrent à vous :

A vous de choisir votre méthode.

Conclusion

L’égo est un serpent qui se mord la queue, il tourne en boucle car il est programmé pour. Inutile de lui en vouloir, il suffit simplement d’en prendre conscience, de connaître le fonctionnement du cerveau et d’agir sérieusement pour le reprogrammer.

Votre fonctionnement mental doit vous servir à stocker des informations et des connaissances, à organiser votre vie et à trouver des solutions à vos problèmes. Point.

Posez des actions et, en route pour l’évolution !

Et pour paraphraser Mandela : vous êtes le capitaine de votre âme, le maître de votre destin.

Juliette Vinay

égo
school-of-psychology-21-250x250
Capture d’écran 2015-12-06 à 12.17.28

Laisser un commentaire