L’égo est un bouton

maxresdefault

L’égo n’est pas facile à repérer dans notre esprit, dans nos comportements, il n’est pas facile à comprendre et à accepter. Travailler sur son égo est déjà un challenge quotidien dont le but est de réussir à réconcilier l’égo et le coeur, à leur faire signer un traité de paix et leur apprendre à travailler ensemble. Mais lorsqu’on rajoute l’égo d’une tierce personne, notamment notre partenaire, alors là, ça relève carrément du génie pour parvenir à accorder les violons de tout le monde.

Etape 1 : gérer son propre égo

«  Il faut s’aimer soi-même pour aimer les autres »…

Vous avez déjà vu ou entendu ça quelque part, j’en suis certaine. Mais moi je dirais plutôt : «  Il faut être au clair avec soi-même pour être au clair avec les autres »…

Car si nos propres comportements, pensées et réactions nous plongent déjà dans l’incompréhension, alors comment espérer comprendre et cohabiter avec quelqu’un d’autre ?

La première étape vers la réussite de la vie amoureuse passe donc par un travail quotidien sur son égo : apprendre à détecter sa présence en nous, comprendre les raisons de sa venue, faire preuve de compassion, d’acceptation, et tenter de trouver des compromis pour aller vers la paix intérieure.

L’égo est comme un bouton qui existe à l’intérieur de nous, et qui se retrouve activé régulièrement par des situations extérieures, ou pas. Parfois, l’égo a décidé de s’activer tout seul, et, alors que nous prenons tranquillement un café sur notre terrasse, un flot de pensées noires se déverse alors dans notre esprit, en bousillant clairement l’instant présent, et là, adieu les joies de savourer le moment présent. Et comme l’égo n’en a jamais assez, il va alors décider de gâcher aussi la journée de nos proches ( ben oui, sinon c’est pas équitable ) et créer une petite dispute, ou carrément un conflit planétaire !

La solution ?

Reprendre le dessus pour désactiver le bouton s’avère impératif. Mais pour cela, il faut vous pencher sur la question : comment fonctionne mon égo ? Quels sont ses caractéristiques ? Comment le calmer ?

La rubrique « l’égo sous toutes ses coutures » ( ou autre article / vidéo / livre ) vous aidera à percer les mystères de ses mécanismes et en faire un allié. Une aide extérieure ( coach de vie, thérapeute, moine bouddhiste ) pourra aussi être envisagée pour vous donner les clefs et dompter cette partie de vous qui, disons-le franchement, passe son temps à foutre un bordel monstre dans votre vie.

Etape 2 : gérer l'égo de l'autre

Soit le bouton de l’égo s’active seul, soit il est activé par l’égo de l’autre.

Reprenons la scène du café sur la terrasse paisible… Vous êtes posé avec l’être aimé, savourant la vue de son petit minois et remerciant la vie d’être là, à savourer cet instant… Quand soudain, votre moitié vous fait une petite réflexion, il semble de mauvaise humeur, et vous n’avez même pas le temps de dire ouf, qu’il se met carrément à s’énerver ( gratuitement – de votre point de vue ).

L’égo du conjoint a fait des siennes, et il est doué, parce qu’il a réussi à activer le bouton du vôtre : incompréhension, irritation, rancune, culpabilité… Les pensées et les sentiments négatifs se déversent instantanément en vous. Ça y est, votre égo est remonté sur son trône et s’apprête à contre-attaquer. Car n’oubliez jamais que la devise de l’égo est : « quand on attaque l’empire, l’empire contre-attaque ». S’en suit alors une bonne dispute bien sanglante, digne des plus grandes batailles de l’histoire des batailles.

L’objectif ?

Imaginez que l’égo de votre partenaire vient de déclencher la guerre, il s’est approché de vous discrètement, a foutu le feu dans un coin et attend en rigolant de manière sadique que vous vous embrasiez. Le but serait alors d’appliquer ce que les grands maîtres bouddhistes nous ont transmis : « La vie spirituelle, c’est de rester debout au milieu des flammes. »

Et pour cela, il faut également tenter de mettre en pratique un des accords toltèques : « ne rien prendre personnellement ».

Que votre moitié s’énerve, se vexe, soit de mauvaise humeur, triste, ou encore empli de doutes concernant votre couple, l’avenir, l’argent, etc… L’idée serait de remplacer votre bouton de l’égo action-réaction, par un bouton-bouclier-compréhension. Au lieu de prendre pour vous cet état de turbulences chez l’autre, et de voir votre propre bouton activé, vous pouvez aussi tenter de passer par la case compréhension. La compréhension agit alors comme une bulle de protection hermétique à l’égo de l’autre. 

Astuces de gestion de l'égo

L’objectif c’est de coincer l’égo de votre partenaire, de le maîtriser, de le calmer. Et pour se faire, il faut user de ses talents d’orateur, de psychologue et de conciliateur, en posant ce type de questions :

– Est-ce que tu peux m’expliquer exactement ce qui se passe, afin que je comprenne mieux la situation ? Quel est le problème exactement ?

En demandant ça, vous ouvrez le dialogue, vous permettez à l’égo de l’autre d’exister, de gambader à l’air libre quelques minutes, et vous prenez ainsi le temps de l’observer pour comprendre la source de cette réaction. Vous travaillez au passage sur votre capacité à vous mettre à la place de l’autre, à l’accepter et à l’aimer tel qu’il est, sans condition. Ce qui ne fera de mal à personne, je vous l’assure.

Vous pouvez également demander :

  • – Et à ton avis, c’est quoi la source de ce problème ? Tu en vois d’autres ?

Votre partenaire va se mettre alors à s’auto-analyser, sa conscience va commencer à reprendre le dessus petit à petit sur l’égo, cherchant qui ou qu’est-ce qui a déclenché le bouton. Jouez aux apprentis coachs de vie ! Mais n’analysez pas à sa place, ne cherchez pas à pointer du doigt ses erreurs, sous peine de voir son égo gonfler comme un ballon de baudruche.

  • – Est-ce que tu peux m’expliquer ce que tu attendais de moi ? Est-ce que je peux t’aider ? Qu’est-ce que je peux faire ? Lequel de tes besoins n’a pas été satisfait ? Peut-on tenter de trouver des solutions ( actions / options ) ensemble ?

Et oui, vous avez décidé d’être en couple, ne soyez donc pas surpris de devoir apprendre l’ajustement, la conciliation, les compromis. Les conflits peuvent être un super moteur pour avancer, si vous parvenez à les voir de manière positive. C’est le moment de poser cartes sur table et d’exprimer ses ressentis. Mais attention, si l’égo de votre partenaire a fait des siennes, c’est son moment de doléances, pas le vôtre. Vous attendrez le prochain tour pour faire vos reproches.

Et enfin :

  • – Merci de m’avoir expliqué tout ça. Je te comprends, et je vais faire mon possible pour qu’on soit bien et qu’on avance ensemble.

Vous finissez en beauté, avec classe et élévation spirituelle, et votre égo pourra même se permettre une petite pirouette avant de saluer son public.

Conclusion

Des émotions, des pensées, des doutes, des humeurs… C’est la vie, autant l’accepter dès maintenant. Le conflit interne, c’est aussi naturel. Les disputes… citez moi un couple qui a passé sa vie à être d’accord sur tout, et j’arrête tout pour partir à la recherche de l’homme qui s’accordera parfaitement à 100% à ma personnalité, mes envies, mes changements intérieurs et ma vie professionnelle.

Mieux vaut apprendre à gérer les réactions de l’autre, pour l’aider à sortir de son égo ( car n’oublions pas que l’égo nous fait souffrir autant ( voire plus ) qu’il fait souffrir notre entourage ) que de juger, s’énerver, condamner ou quitter celui ou celle qui a le malheur d’être en colère, fermé, dur, morose, ou autre humeur désagréable.

La compréhension, la compassion et la bienveillance, sont des outils qui viennent directement de notre coeur. Autant s’en servir dès que possible !

Juliette Vinay

figdos2

L’égo sous toutes ses coutures

shutterstock_275161592

Outils et exercices pour gérer l’égo.

A cropped shot of a handsome businessman under strain as colleagues request various things from him

Se faire coacher pour comprendre son égo. 

Laisser un commentaire