La méthode Ho’oponopono

keep-calm-and-do-the-ho-oponopono-5

Cette méthode a été créée par Morrnah Simeona, une chaman Hawaïenne, elle permet de surmonter les obstacles de notre vie quotidienne, de se libérer des schémas de répétitions, des évènements désagréables qui reviennent en boucle tout au long de notre existence. C’est un véritable outil d’évolution personnelle, simple, efficace et rapide.

Les mémoires 

Tous nos souvenirs ont constitué des croyances, des pensées, des certitudes, des opinions, mais également des peurs, de la colère, des regrets, de la tristesse et de la déception. Ce flot de pensées constituent ce qu’on appelle « les mémoires ».

Quand quelqu’un ou quelque chose nous énerve, nous gêne ou nous fait de la peine, c’est que cet évènement fait écho avec un évènement de notre passé, il tait écho avec « une mémoire ». Les croyances que nous avons développé par rapport à ces mémoires sont des filtres à travers lesquels nous percevons le monde qui nous entoure.

Par exemple, une petite fille subit un père violent à la maison, ces mémoires forment une croyance « les hommes sont tous mauvais ». Arrivée à l’âge adulte, dès qu’un homme va la blesser, même légèrement, elle se dira  » de toute façon, les hommes sont tous mauvais ».

Certaines croyances sont fausses, erronées, elles sont basées parfois sur un seul évènement de notre passé, ou bien, elles nous ont été transmises par nos proches, nos parents, nos profs, nos amis et nous plongent parfois dans l’illusion que nous sommes les victimes.

Le miroir

Une mémoire erronée est la source des problèmes qu’il nous arrive ; conflits relationnels, manque de confiance en soi, prise ou perte de poids, maladies, accident, problèmes d’argent, soucis professionnels, etc.

Chaque défaut de chaque personne, chaque situation, chaque coup dur est en réalité un « cadeau », une opportunité pour prendre conscience d’une mémoire à transformer. Cette façon de voir la vie vous permet d’arrêter d’accuser ou de juger les gens. Stop la négativité, fini le statut de victime, adieu les interrogations.

Le docteur Luc Bodin et Maria-Elisa Hurtado-Graciet, co-écrivains du livre « Ho’oponopono » ont dit :  » Tout ce qui arrive en face de nous, dans notre vie, n’est que le reflet de quelque chose qui se trouve à l’intérieur de nous ».

Le pouvoir de création 

Tout ce que nous voyons, entendons, vivons, toutes les situations et les événements de notre vie sont créés par une partie de nous. Accepter ça, c’est récupérer son pouvoir de création, accepter ses responsabilités et réussir à changer sa vie en changeant ses propres mémoires.

Morrnah Simeona a dit « La paix commence avec moi ».

Bouddha, Gandhi et de nombreux courants de pensées partagent la même idée également.

Assumer sa responsabilité est une décision personnelle qui traduit une certaine sagesse et une maturité, et du courage également.

LA METHODE

1- Inscrivez cette phrase quelque part chez vous, notez-la dans votre portable, mettez un post-it sur le frigo et répétez-la le plus souvent possible : « Je suis prêt à changer mes pensées erronées et à changer mon point de vue sur la vie ». 

2- Prenez une feuille et notez ce qui ne va pas dans votre vie, les conflits, les maladies, les problèmes scolaires ou professionnels, ce que vous reprochez aux autres ou ce que vous reprochez à vous-même. Et pour chaque élément, prononcez à voix haute  » Désolé, pardon, merci, je t’aime ». 

Désolé, pardon : Ces deux mots indiquent que vous prenez votre responsabilité, vous acceptez que c’est vous qui avez créé ce problème et que les personnes accusées ne sont pas la source de ce qui vous arrive. Reconnaître son pouvoir créateur ne veut pas dire culpabiliser et se mordre les doigts, non, c’est juste accepter d’avoir le pouvoir de faire changer les choses. Demander pardon, ça veut dire « désolée, je n’avais pas vu que j’avais une mémoire en rapport avec cet évènement, je ne le savais pas, je n’avais pas conscience que mes pensées avaient créé ce problème. » 

Le docteur Gerard Jampolsky a dit : « La santé commence par le pardon. »         « Pardonner, c’est se libérer du passé ». 

Merci, je t’aime : Remerciez est important, ça signifie que vous reconnaissez la chance que vous avez d’avoir des gens et des situations qui vous font miroir sur ce que vous devez changer.

Merci, je t’aime signifie :  » Merci d’être dans ma vie, merci de me permettre de me libérer, j’aime mes problèmes, j’aime mon entourage, je m’aime. » L’amour est le médicament le plus puissant, c’est également la forme de magie la plus puissante. Par amour, nous pouvons faire de belles choses, changer, grandir, l’amour peut être un moteur.

3- Terminez par cette phrase : « Je remercie ma conscience et je lui demande de nettoyer cette mémoire. »   

Demandez à cette partie de soi de nettoyer cette mémoire demande de lâcher prise et de faire confiance à la vie pour la suite des évènements. Ensuite, attendez, ne prenez pas de décisions, ne faîtes rien en particulier pour modifier les choses, attendez simplement que vous vienne l’inspiration, l’instinct d’agir ou bien que le problème se résolve de lui-même.

4- Brûler la feuille sur laquelle vous aviez noté vos problèmes. Le feu est un symbole de lumière, il est purificateur. Brûler signifie : « J’accepte de changer mes problèmes, de laisser le passé derrière moi et d’avancer ».

Cette méthode ne nécessite pas de comprendre d’où viennent vos mémoires, de l’analyser.

Ho’oponopono permet de se délester du passé, de voyer léger, un peu comme une montgolfière, plus on lâche des sacs de sable, plus on s’élève et on évolue, en se laissant porter par le vent.

Vous pouvez également le faire de tête, sans forcément utiliser un papier. »

« Il faut être le changement que nous voulons voir dans le monde. »

Gandhi

Juliette Vinay

Source : « Ho’oponopono », de Dr Luc Bodin et Maria-Elisa Hurtado-Graciet.

Pour aller plus loin 

Les outils de la guérison      Les bases de la psychologie    La spiritualité 

Laisser un commentaire