La blessure d’injustice

3360 - copie 2

L’INJUSTICE

Je te conseille de faire le questionnaire des 5 blessures avant de lire les articles correspondants. 

Lise Bourbeau, célèbre psychologue, a répertorié les « souffrances » de l’être humain sous 5 blessures : l’abandon, le rejet, la trahison, l ‘humiliation et l’injustice.Le terme « blessure » symbolise les différents évènements vécus par l’enfant, qui ont marqué son inconscient et construit sa personnalité.                                                                                      

L’injustice est une blessure assez courante, elle peut être créée lorsque nos capacités ne sont pas reconnues et appréciées, lorsqu’on manque de reconnaissance et qu’on a affaire à des parents assez froids et exigeants. Un enfant qui grandit est en plein apprentissage de la vie, il peut donc toujours faire mieux, les parents sont là pour le féliciter de ses progrès, et le pousser à s’améliorer et évoluer. Ils doivent lui apprendre à accepter ses erreurs, les lui faire remarquer sans pour autant le juger ou le condamner. En revanche, s’ils rappellent constamment à l’enfant ses faiblesses, tout en le comparant à ses frères et sœurs, ou aux autres enfants, il peut développer cette blessure, car les reproches et remarques qu’il subira seront vécus comme injustifiés. Être traité différemment de ses frères et sœurs peut créer une forte blessure également, si l’un est préféré et avantagé par rapport aux autres, l’enfant grandira avec l’impression d’en avoir plus que les autres, ou moins que les autres.

La suite de notre vécu définit le degré de cette blessure d’injustice: si tu as subi beaucoup de critiques, si tes parents n’étaient pas étonnés de tes réussites et te félicitaient rarement, s’ils étaient perfectionnistes et te tombaient dessus au moindre faux-pas, s’ils faisaient des différences entre toi et les autres, ou encore faisaient des crises de violence ( colère ou agressivité, physique et / ou verbale ), ta blessure peut être assez forte.

Tu vas peut-être retrouver certains traits de ta personnalité dans ce que je vais décrire, si tu n’en as que quelques uns, c’est que tu as une légère blessure, si tu les as pratiquement tous, c’est donc ta blessure principale. Tu peux avoir ensuite le rejet en deuxième blessure, l’humiliation en troisième, par exemple.

Lorsque l’enfant construit sa psyché, il développe ce que l’on appelle l’égo, son égo, sa personnalité, est chargée de faire tout son possible pour qu’il ne souffre pas trop à chaque injustice. Le trait de caractère principal qui caractérise ces personnes est la rigidité, on les appelle donc les rigides.

  • Le rigide possède un corps bien proportionné, son poids et bien réparti entre les différentes parties du corps. Il est assez carré, les épaules droites. Les grands rigides sont des sportifs, ils sont donc musclés et toniques. Ils sont énergiques et dynamiques, ils font des gestes rapides, parfois brusques.
  • Le rigide est perfectionniste et exigeant. Il l’est avec lui-même, il s’en demande beaucoup, il voudrait être parfait, il s’en veut à la moindre erreur et culpabilise de ne pas être à la hauteur. S’il est ainsi c’est que ses parents ne lui ont pas appris à se satisfaire de ce qu’il a, ils l’ont poussé à devenir meilleur, sans penser à le féliciter. Il n’est donc jamais content de lui.
  • Il est dur avec lui-même, mais il est dur avec ses proches également, il juge facilement, il critique. Il peut même se montrer colérique, agressif, voire violent pour les cas extrêmes.
  • Il n’est jamais satisfait, il en veut toujours plus. Il n’a pas appris à apprécier ce qu’il a. Il peut acheter un nouveau portable et penser déjà au prochain qu’il achètera, par exemple. Il envie ceux qui ont plus et pense qu’ils ne méritent pas ce qu’ils ont.
  • Il se compare sans cesse aux autres sur le physique, les revenus, les biens, les vêtements, la personnalité. Il peut se comparer en se disant «  j’ai moins…je suis moins qu’un tel… », mais il compare également les gens à lui « il réagit comme ça, alors que moi j’aurais fait comme ça… » en se pensant supérieur ou mieux. « tu me traites comme ça alors que moi je ne me permets pas de te traiter comme ça… ».
  • Il ne profite pas du moment présent, il peut être en vacances à un endroit et penser déjà à son retour, ou se demander où il partira aux prochaines vacances, faire la liste des choses qu’il a à faire quand il rentre, etc.
  • Il est avare avec lui-même, il va acheter des choses parce qu’il en a besoin et non pour se faire plaisir. Il a du mal à se faire des cadeaux, à dépenser l’argent pour lui. Lorsqu’il le fait, il culpabilise et se demande toujours s’il a bien fait de l’acheter.
  • Le rigide doute constamment de ses choix, il se demande s’il a bien agi. Ses actes, ses pensées, ses paroles, ses achats, tout est toujours remis en question. Il a du mal à se positionner et peut passer un temps fou à hésiter dans une situation. Il est indécis, il culpabilise et il ne se rend pas compte à quel point ce comportement l’empêche d’avancer.
  • La culpabilité qu’il ressent vient de son enfance, on lui a souvent fait porter le chapeau, il a eu des parents qui lui rappelaient qu’il leur devait des remerciements, ou que s’ils étaient malheureux c’était en partie à cause de lui. On l’accuse souvent, pour de vraies ou fausses raisons, il aura l’impression que la terre entière est injuste avec lui.
  • Ayant une blessure d’injustice, il attirera des situations injustes ; un policier qui met une amende qu’il ne méritait pas, un patron qui le punit à la place d’un collègue, un prof qui lui met 2/20 alors qu’il avait travaillé, des insultes infondées et injustifiées, ou carrément des vols, des agressions, des problèmes en tout genre. Il se demandera toujours ce qu’il a fait à la vie pour mériter ça, il ne comprend pas que c’est sa blessure qui créé ces situations.
  • Il en veut aux autres d’être injuste envers lui mais il ne se rend pas compte qu’il les traite de la même manière, il doit absolument se remettre en question et changer son comportement, pour que son entourage change d’attitude à son tour.
  • Son rapport à l’argent est basé sur le mot justice, il a besoin que les choses soient bien réparties, il aime diviser l’addition à part égale, il aime qu’on lui rende la pareille s’il prête de l’argent, il sera en colère si on ne lui rend pas ou si on traîne à lui rendre. Beaucoup de rigides sont très bons gestionnaires pour leurs finances, ils savent tenir leurs comptes et mettre de côté. Il a toujours peur de manquer, de dépenser trop.
  • Le jugement des gens, leur avis et l’image qu’on a de lui sont très importants, s’il dépense beaucoup en voyages, sorties et en plaisirs de la vie, il aura tendance à avoir peur qu’on l’envie, qu’on le traite d’égoïste, qu’on se dise qu’il ne mérite pas toutes ces bonnes choses. Il attire souvent des situations où on le qualifie de radin, d’égocentrique, etc.
  • Que ça soit à l’école, au travail, dans le sport, dans un loisir ou bien avec sa famille ou dans son couple, il veut toujours être le meilleur. La performance et les résultats sont essentiels pour lui, car on l’a élevé comme ça, on lui a fait comprendre qu’on l’aime pour ses résultats et non pour ce qu’il est.
  • Il déteste avouer qu’il a échoué ou qu’il est faible, il déteste aller chez le médecin et attend toujours le dernier moment. S’il n’y va pas souvent, il aime le crier sur tous les toits, ce qui sous-entend : regardez comme je suis fort.
  • Le rigide aime avoir le contrôle, il peut contrôler son alimentation et faire un régime longtemps, il contrôle son corps avec une activité physique. Il aime croire qu’il a un contrôle sur le futur, il aura donc besoin de tout savoir, l’emploi du temps, les évènements et tous les éléments lui permettant d’avoir le maximum de chance de contrôler, donc de réussir son futur.
  • Il contrôle également ses émotions, il cache ses sentiments sous le rire, il a du mal à s’exprimer lorsqu’il s’agit de choses intimes, il passera pour une personne assez mystérieuse et discrète, il aura du mal à se livrer et à s’abandonner aux autres, par peur de revivre la souffrance qu’il a vécu avec ses parents étant enfant. C’est son égo, par protection, qui déclenche ce genre d’attitude. Il n’est donc pas très démonstratif et perçu comme quelqu’un de « froid », il maintient les gens à distance, physiquement ou émotionnellement.
  • Lorsqu’on lui fait une remarque, il se justifie, il cherche souvent à avoir raison et à imposer sa façon de penser aux autres.
  • Demander de l’aide et déléguer est pour lui une épreuve, cela voudrait dire reconnaître son incapacité à tout gérer. Le rigide est donc une personne assez stressée car il s’en met beaucoup sur les épaules, il a du mal à se reposer sur quelqu’un, il n’aime pas être un poids pour les autres. Il souffre souvent de surmenage, il aura toujours une bonne raison pour ne pas se poser et se reposer. Il a du mal à recevoir, l’amour, les cadeaux, les attentions, etc.
  • La déception est son émotion-clef, il est déçu de lui-même, des autres, de la vie, il attend trop, en demande trop et il est donc souvent frustré.
  • Il est ordonné, organisé, carré, et efficace.
  • Toutes les situations d’injustice dans le monde le rendent malade.

Si tu te retrouves dans ces caractéristiques, c’est que tu as une blessure d’injustice et un profil de rigide, je te conseille de travailler sur toi afin de te libérer de cette blessure qui gâche ta relation aux autres. Voici quelques conseils :

Prends une feuille et note toutes les caractéristiques qui te correspondent dans ce que je viens de décrire. Dresse ensuite la liste de toutes les injustices que tu as vécues étant enfant ( critiques, reproches, comparaisons, violence physique ou verbale, etc. ) La guérison passe par la compréhension et la prise de conscience de tes comportements. Pas la peine d’essayer de changer dans un premier temps, il faut juste accepter et comprendre pourquoi tu as été construit comme cela. Tu peux noter aussi si un de tes parent se comporte de la même manière, tu verras alors que les blessures sont généralement transmises de génération en génération, c’est ce qu’on appelle le transgénérationnel.

Comme tu es rigide, tu vas vouloir changer rapidement et devenir meilleur, attention à ne pas tomber dans le panneau, en faisant cela, tu continues à vouloir être performant, psychologiquement. Tu dois accepter d’être comme cela, et c’est seulement en t’aimant comme tu es que tu t’amélioreras.

Tous les soirs ( ou le plus souvent possible ) tente d’écrire comment tu as agi dans la journée en fonction de tes défauts. Ne te juge pas, note juste comment tu t’es comporté, tu remarqueras alors que tu traites les gens comme on te traite.

Parle uniquement de toi et non de ce que les autres t’ont fait, si tu as besoin de te défouler, fais-le mais tente ensuite de comprendre sur quoi leur comportement te fait miroir par rapport à tes propres agissements.

Fais de même pour les choses positives, dis-toi que tu es fier de toi. Pas la peine de tenter d’arrêter de t’ auto-critiquer, il faut simplement trouver un équilibre entre tes pensées envers toi-même qui te dévalorisent et celles qui reconnaissent tes qualités, sans tomber dans le narcissisme.

Répète ces phrases le plus souvent possible ( au moins 2 fois par jour ) :

J’aime mon profil de rigide, j’accepte mon profil de rigide, je pardonne à mon profil de rigide car j’ai été construit comme ça, il est dû à ma blessure d’injustice, et j’avance.

Je suis souple, je lâche prise et je lâche le contrôle que j’exerce sur moi, sur mes sentiments et sur la vie, j’accepte mes faiblesses et mes imperfections car je suis humain et imparfait, je m’exprime, je libère mes émotions et m’ouvre aux autres, j’ai confiance en moi et en mes capacités, j’accepte de me faire aider et soutenir, je profite de la vie, j’apprends à me faire plaisir, à m’apporter de l’attention et de l’amour, je suis fier de moi et de mon désir d’évoluer, je suis généreux, j’accepte l’échec et le voit comme une épreuve à surpasser, je m’apprécie pour ce que je suis, je suis aimé et accepté, je suis satisfait de ce que j’ai et de ce que je suis. Aide-toi avec la méthode d’auto-suggestion.

Fais la liste de tout ce que tu veux changer, dans tes traits de personnalité, ce que tu veux devenir, ce que tu aimerais faire, quel problème aimerais-tu effacer, note tout sous forme positive : je vais changer de travail, je vais être plus expressif, je vais être plus souple, partir en voyage à tel endroit, par exemple…

Et relis cette liste régulièrement, visualise ces situations ou ces comportements, que t’apporteraient-ils, ferme les yeux, mets une musique et prends 10 min pour imaginer un futur agréable et imaginaire , réitère l’expérience le plus souvent possible ( bus, train, wc, bain, salle d’attente…)

Tu dois absolument apprendre à te poser dans tes pensées, à « être », et à arrêter de « faire ». Ce petit exercice te permettra d’être plus positif, de t’occuper de ton mental quelques minutes, de te poser et d’arrêter d’agiter ton esprit. Aide-toi avec la méthode de visualisation.

N’oublie pas qu’on reproche aux autres ce qu’on se reproche à soi-même, si tu les accuses de mal te traiter, c’est que tu te traites mal toi-même, si tu les accuses de te critiquer, c’est que tu te critiques.

Faire du sport est une bonne chose mais tu dois respecter ton corps et tes phases de repos, un jour par semaine, autorise-toi à ne rien faire ( courses, rangement, sport ou autres…)

Tu dois apprendre à prendre soin de toi, s’apprécier passe par l’appréciation de son physique, le rigide est dur avec lui-même et froid, il doit devenir chaleureux. Fais-toi des masques ou gommages, des soins, prends un bain, fais-toi beau, mets-toi ton film préféré, fais des activités qui te font du bien, mets de la musique, fais les exercices ci-dessus qui servent à s’occuper de son mental, fais-toi plaisir et détends-toi.

Trouve un moyen d’expression, art, écriture, chant, danse, musique, pour débloquer tes problèmes de communication. Pense également à donner de l’attention à ton entourage, sinon tu risques de devenir égocentrique. Prends des nouvelles, va vers les autres, pose des questions, complimente-les, écoute ce qu’ils ont à te dire, accepte-les dans ce qu’ils sont, dans leurs défauts et leurs qualités. Tente de trouver le positif dans chacun d’eux sans juger. Ouvre-toi à eux et ils s’ouvriront à toi. Le but étant de trouver un juste milieu entre toi et les autres, un équilibre, un pied d’égalité. Et n’hésite pas à t’exprimer, ton grand besoin est de parler, car chaque émotion que tu refoules se stocke dans ton corps et est susceptible de te créer des maladies un jour.

Tu dois faire un travail de renforcement positif sur tes qualités pour pouvoir retrouver l’estime de toi qui te permettra de lâcher prise par la suite, sinon tu vas passer ta vie à tenter de rapporter des résultats en passant à côté des plaisirs simples, tu seras toujours stressé et négatif.

Apprend à trouver le positif dans le négatif à chaque mauvaise expérience, chaque échec, chaque critique que tu vis. La vie t’envoie des exercices pratiques, tu dois simplement apprendre à réagir autrement et à gérer les aléas qui font partie de la vie. En adoptant cette attitude, tu attireras de meilleures situations, tu verras. La méthode Ho’oponopono, les 5 dimensions et la méditation peuvent t’être utile également. 

 

Juliette Vinay

 

Pour aller plus loin

 

Les bases de la psychologie     Les outils de guérison     Santé&Bien-être

 

 

Laisser un commentaire