La blessure de rejet

3360 - copie

Je te conseille de faire le questionnaire des 5 blessures avant de lire les articles correspondants. 

Lise Bourbeau, célèbre psychologue, a répertorié les « souffrances » de l’être humain sous 5 blessures : l’abandon, le rejet, la trahison, l ‘humiliation et l’injustice. Le terme « blessure » symbolise les différents évènements vécus par l’enfant, qui ont marqué son inconscient et construit sa personnalité.                                                                                              

Le rejet est une blessure courante. Nous naissons, nous sommes entouré et couvert d’attention et puis un beau jour, on nous amène à la crèche, chez la nounou ou les grand-parents, cet acte peut-être vécu comme du rejet. Notre mère qui passait son temps à s’émerveillait devant nous, répond au téléphone et nous dit « chut » si on se met à brailler, ce type d’évènements suffisent à créer une blessure de rejet. N’oublions pas que les enfants n’ont pas de compréhension des choses, de raison, de logique, ils n’ont pas non plus de degré dans les émotions, on les rejette, ils souffrent, ils ressentent. Point.

La suite de notre vécu définit le degré de cette blessure de rejet, si tes parents te critiquaient fortement, si personne ne t’écoutait, ou on te mettait à l’écart, on ne voulait pas de ta présence, ou si tes camarades t’isolaient, ta blessure peut être assez forte.

Tu vas peut-être retrouver certains traits de ta personnalité dans ce que je vais décrire, si tu n’en as que quelques uns, c’est que tu as une légère blessure de rejet, si tu les as pratiquement tous, c’est donc ta blessure principale. Tu peux avoir ensuite l’injustice en deuxième blessure, l’humiliation en troisième, par exemple.

Lorsque l’enfant construit sa psyché, il développe ce que l’on appelle l’égo, son égo, sa personnalité, est chargée de faire tout son possible pour qu’il ne souffre pas trop à chaque rejet. Le trait de caractère principal qui caractérise ces personnes est la fuite, on les appelle donc les fuyants.

  • Le fuyant possède un corps avec des parties fuyantes, par exemple une poitrine généreuse mais pas de fesse, un menton qui se fond dans le cou, des épaules qui tombent, etc. Il est très élancé, mince, fin.

  • Il se dévalorise tout le temps, il se sent, moche, incapable, il se sent moins bien que les autres, c’est parce qu’on l’a rejeté étant enfant, on a rejeté sa personnalité, du coup, il est construit à base de ces phrases et pense qu’il est nul, il se rejette lui-même.

  • Son attitude lorsqu’on l’agresse, lorsqu’une situation lui déplaît, lorsqu’il échoue ou se sent rejeté d’une quelconque manière, c’est la fuite, il part, il quitte les lieux, ou alors il se tait et fuit dans le silence.

  • Son égo, pour le protéger a créé une protection en béton armé : son silence, il se blinde, il se mure dans ses pensées, il n’a pas de mal à rester seul de longs moments, il peut passer beaucoup de temps à réfléchir. Il a développé du coup une imagination débordante, il part dans son monde bien à lui où personne ne peut entrer.

  • C’est un personnage assez secret, discret, il se livre difficilement, il sait écouter mais il aura du mal à parler de choses intimes à son sujet, à livrer ses émotions et ses sentiments. Comme ce sont les gens qu’il aime le plus qui lui ont infligé cette blessure lorsqu’il était enfant, s’exprimer signifie pour lui s’ouvrir et prendre le risque de souffrir, encore une fois !

  • Chaque critique, reproche ou remarque est vécu comme une véritable agression pour lui, et il attire souvent ce genre de situation. Socialement il est souvent mis à l’écart, montrer du doigt, il est victime d’attaques verbales régulièrement. Par protection, il prendra rarement la parole quand il sera dans un groupe, il écoutera et se fera vite oublier.

  • Dans sa vie de couple, il subit également beaucoup de rejet, sexuellement, mentalement, etc.

  • Le fuyant, en devenant adulte, peut développer une fuite dans la drogue, l’alcool, cela lui permet de s’évader et de se déconnecter de la réalité.

  • En ayant ce comportement de fuite en règle générale, il ne se rend pas compte à quel point il rejette les autres, il juge facilement, il critique. Il doit comprendre que c’est un cercle vicieux, plus il agit de la sorte, plus les gens agissent comme ça envers lui.

  • Au niveau de l’alimentation, il peut souffrir facilement d’anorexie, le rejet des aliments fait partie de son profil, il peut sauter facilement des repas et se sous-alimenter.

  • Les maladies les plus fréquentes qu’il pourra développer seront les vomissements, la diarrhée, les allergies et tout ce qui a un rapport avec ce que le corps rejette.

  • Le fuyant est insatisfait, il rêve sa vie mais fuit ses responsabilités et ne met pas les choses en place pour que ce qu’il souhaite se réalise. Par peur d’être rejeté, il manquera parfois de courage pour affronter un entretien, un public, un nouvel entourage, même envoyer un CV peut s’avérer une épreuve.

  • Le changement lui fait peur, la nouveauté apporte son lot d’angoisses et de nouvelles possibilités d’être rejeté et non apprécié des autres. Il en devient anxieux et stressé.

  • Il a l’impression d’être en décalage avec les autres, différent et incompris.

  • Il a une voix faible, on a du mal à l’entendre, il parle doucement ou dans des tons graves.

  • Il vit dans l’illusion qu’il s’occupe bien de lui, mais il ne fait que se complaire dans la solitude sans forcément prendre soin de son corps, de son alimentation, de son physique et de son mental.

  • Il a une fâcheuse tendance à rejeter les conseils, les nouvelles idées, l’avis des gens en règle général, il pense que ça fait de lui quelqu’un d’insoumis et de libre, mais il doit comprendre que l’union fait la force, il doit s’ouvrir aux autres et prendre ce qu’il y a de bon chez chacun, tout en se faisant sa propre idée des choses. Sans quoi, il n’est qu’un solitaire, fermé d’esprit et négatif.

  • Le fuyant fait rarement des demandes, par peur qu’on lui dise non, ce qui serait vécu comme du rejet, il n’exprime pas ses désirs ni ses envies. En règle générale, il a des problèmes de communication, il réfléchit beaucoup mais il n’y a que 10% de ses pensées qui passent à travers les mailles de son filtre, son égo.

  • Lorsqu’on le complimente, qu’on lui apporte tendresse et affection, il est d’abord étonné, flatté et se sent vite étouffé et agressé par tout cet amour. C’est parce qu’il n’a pas reçu énormément de démonstration, il a eu des parents ( ou un des deux parents ) assez froids et distants, du coup, il se sent dérangé par des marques de tendresse qu’il considère inconsciemment comme inconnues et intrusives. Lorsque je dis « froids et distants », je parle du comportement, cela n’empêche pas d’avoir eu des parents aimants, présents et attentifs, mais les marques d’amour se faisaient rare, et l’expression des sentiments quasi-inexistante.

  • Il se sent souvent en trop, il ne veut pas déranger, il a peur de gêner, de prendre de la place, il doit comprendre qu’il doit s’affirmer, il doit reconnaître ses qualités et ce qu’il apporte aux gens, un travail sur son manque de confiance en lui s’impose s’il veut vivre en harmonie et trouver un équilibre entre lui et les autres.

Si tu te retrouves dans ces caractéristiques, c’est que tu as une blessure de rejet et un profil de fuyant, je te conseille de travailler sur toi afin de te libérer de cette peur qui gâche ta relation aux autres. 

Juliette Vinay

images1

Découvre les 4 autres blessures. 

isats

Découvre le test : quelle est ta blessure principale ? 

Laisser un commentaire