Merci aux gens qui sortent de ma vie

vintage-love1 copie
tumblr_m91u8uVtaO1ry25g5o1_500

« Tout le monde a déjà vécu une rupture, qu’elle soit sentimentale ou amicale. C’est pas cool. Pour ma part, je n’ai jamais apprécié les séparations, je les ai toujours mal vécu. Mais depuis quelques temps, je vois les choses autrement : et si chaque personne qui quittait notre paysage affectif nous rendait service ? Je me suis rappelée une phrase que me disait ma mère :  » Si tu perds un ami, réjouis-toi car c’est que ce n’était pas un ami. »


 Récemment, une personne avec laquelle je travaillais a décidé de ne pas continuer les projets que nous avions en commun. Et depuis l’annonce de son départ, je n’ai eu de nouvelle d’elle. J’ai cherché d’autres personnes pour m’entourer et au final, je me rends compte que ces nouvelles recrues ont beaucoup de compétences et de qualités morales que la personne qui est sortie de ma vie. 

superthumb
il_fullxfull.248748755

Voici ce que j’ai appris : Lorsque quelqu’un décide de sortir de ma vie, je ne peux pas l’en empêcher, je peux juste lui dire que j’aimerais qu’elle reste, mais ensuite, je dois accepter sa liberté de choix et pardonner. Je peux aussi la remercier pour ce qu’elle m’a apporté, chercher la leçon à tirer de cette histoire, me remettre en question pour évoluer et ne pas refaire les mêmes erreurs, et ensuite, lâcher prise, faire confiance à la vie et me dire : quelqu’un de mieux m’attend quelque part. » 

eloignement rupture acceptation

Interview Bruno Caprioli – Chorégraphe et co-directeur du MDC

« J’ai rencontré Bruno il y a cinq ans lors d’un stage dans le sud, son style unique, sa personnalité dynamique, sa technique et son humour m’ont tout de suite plu. J’ai eu le plaisir cette semaine de prendre un cours avec lui à Paris, au Studio Harmonic et il a eu la gentillesse de bien vouloir m’accorder une interview. Je vous présente donc le témoignage et les conseils de ce surdoué de la danse, aussi beau que talentueux, qui a commencé à l’âge de vingt ans et qui, 12 ans plus tard, est devenu professeur, chorégraphe et qui se retrouve directeur de formation au Millenium Dance Center à Cagnes-sur-mer, en co-gestion avec Brigitte Cantrelle. J’espère que vous trouverez chez lui un modèle de réussite, de persévérance et de positivité. »

Psycho2rue : Bonjour Bruno, pour toi, la danse ça a commencé à quel âge et qu’est-ce qui a déclenché l’envie d’en faire ton métier ? 

Bruno : J’avais toujours eu envie d’en faire, mais mon père ne voulait pas que je prenne de cours. Vers vingt ans, je me suis un peu rebellé et je suis allé prendre quelques cours de danse en Corse, dans une petite école. Et puis j’ai rencontré un grand professeur, Angelo Monaco, lors d’un stage, qui m’a transmis cet amour pour la danse et qui m’a conseillé de partir sur le continent. J’ai également rencontré Patricia Alzetta qui m’a proposé de venir à Nice en formation chez Serge Alzetta. Je pense que c’est ce stage qui a vraiment déclenché l’envie chez moi d’en faire mon métier et de me réaliser dans cette voie.

Psycho2rue : Est-ce que ta famille t’a soutenu dans ton choix de carrière ? 

Bruno : Au départ, mon père ne voulait pas que je prenne des cours de danse classique ou jazz. L’année où j’ai commencé à prendre des cours en Corse, je le faisais en cachette. Je l’ai prévenu seulement avant le gala de fin d’année, et quand il m’a vu sur scène, il était fier de moi et il m’a dit « si c’est ce que tu aimes, vas-y, fonce » ! Aujourd’hui, mes parents sont contents de ce que j’ai réalisé, ils voient surtout que je suis bien, c’est tout ce qui compte pour eux.

Psycho2rue : Peux-tu nous expliquer un peu ton parcours ?

Bruno : Je suis parti en formation deux ans à Nice chez Serge pour avoir des bases en jazz. Ensuite, j’ai rencontré Brigitte Cantrelle, professeur de danse classique, qui m’a formé et qui m’a conseillé de ne pas m’enfermer dans un seul style. Du coup je me suis formé à d’autres styles, modern jazz, contemporain, etc. à travers les stages, au contact de Patrice Valero, de Jarny, de Corinne Lanselle, Peter Mika, Alain Gruttadauria… En parallèle, j’ai dansé et j’ai également monté ma propre compagnie à 25 ans. Et vers 28 ans, j’ai commencé à co-diriger le Millenium Dance Center.

Bruno : Tu es plus danseur ou chorégraphe ? 

Bruno : Au début j’étais danseur, ensuite j’ai été les deux et aujourd’hui je suis plus chorégraphe. Je bosse beaucoup pour les autres, que ça soit dans le cadre du MDC ou des stages que je donne un peu partout, je suis plus dans la transmission et l’enseignement.

Psycho2rue : Quel a été ton premier gros contrat ? 

Bruno : J’ai fait pas mal de scènes, de show tv et de contrats sympas en tant que danseur. Mais mon premier gros contrat en tant que chorégraphe, c’était pour le festival d’Avignon.

Psycho2rue : Quel a été ton plus beau moment ? 

Bruno : C’est le jour où j’ai dansé ma première pièce chorégraphique, qui s’appelait « regard », lors d’un festival de Cannes-la-bocca.

Psycho2rue : Quelle a été ta plus belle rencontre dans ton parcours ? 

Bruno : Il y en a eu plusieurs. Christine Hassid fait partie des chorégraphes qui ont croisé mon chemin, qui m’ont inspiré et qui m’ont fait confiance. Et Angelo reste ma plus belle rencontre, en tant que chorégraphe et en tant que personne.

Psycho2rue : Selon toi, quelle est la recette de la réussite dans ce métier ? 

Bruno : L’acharnement et la persévérance, l’engagement, la motivation, la positive attitude et l’absence de plainte.

Psycho2rue : Est-ce que c’est important d’avoir confiance en soi pour réussir ? 

Bruno : Pour moi, pour être un réel artiste et pour continuer à avancer, on doit avant tout se remettre en question constamment, car si on n’est pas capable d’accepter cette remise en question, on n’évolue pas.

Psycho2rue : Si tu avais un conseil à donner aux jeunes qui veulent réussir dans ce milieu ? 

Bruno : Multipliez les rencontres, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Sachez écouter les conseils. Sachez prendre ce qui est bon et même ce qui ne l’est pas, trouvez le positif dans chaque rencontre et chaque expérience. Essayez de mettre sur votre chemin des gens qui peuvent vous faire avancer.

Psycho2rue : Un avertissement ?

Bruno : Attention, on aime pas les flemmards dans ce métier. Bougez-vous !

Psycho2rue : Qu’est-ce qu’on pourrait te souhaiter pour la suite de ton parcours ? 

Bruno : Que ça continue, que les gens continuent à me faire confiance, que notre centre de formation grandisse et évolue, et qu’il y ait une continuité dans cette reconnaissance qui me touche beaucoup.

Psycho2rue : Quelle est ta devise ou ta citation préférée ? 

Bruno : « Connais-toi toi-même. »

« Merci Bruno pour ces conseils, je te souhaite de continuer à te développer, mais j’ai la vague impression que c’est en bonne voie.

Retrouvez Bruno et le MDC sur Facebook.

Retrouvez également les différents témoignages de personnes qui réussissent dans leur domaine sur www.psycho2rue.fr, des infos et des astuces pour apprendre à se connaître, réussir dans la vie, prendre confiance en soi, gérer son stress, mais également des séances de coaching pour vous aider à avancer et évoluer.

À bientôt… »

Juliette Vinay

coaching
témoignages
CONFIANCE
STRESS

Les 5 langages de l’amour

3309

LES 5 LANGAGES DE L’AMOUR

Le docteur Gary Chapman, docteur en philosophie et directeur d’un cabinet de relation d’aide, a publié un livre en 1992, après avoir fait des années d’études sur des couples de patients qui tentaient de comprendre pourquoi leur mariage partait en vrille, il en a conclu que chaque rupture est due à un manque de compréhension des attentes de l’autre. Ces attentes, il les a regroupé sous 5 langages universels, ce sont en réalité la liste des 5 besoins que nous avons au sein d’un couple. Chaque personne possède deux besoins plus forts que les trois autres, s’ils sont compris, définis, expliqués au partenaire, et donc comblés, il se peut que la relation soit saine, équilibrée et évolue normalement. Lorsqu’ils ne sont pas comblés, critiques et reproches rythment le quotidien, disputes et crises commencent alors à détériorer le couple petit à petit.

Voici ces 5 besoins, essayez de découvrir quels sont vos deux besoins les plus importants. Si vous ne savez pas, il suffit de réfléchir à ce que vous reprochez le plus à votre partenaire en règle générale.

 

Les paroles valorisantes

Les paroles valorisantes comprennent les compliments, les déclarations d’amour, les remerciements, les encouragements, les paroles de soutien, et tous les mots doux que nous pouvons échanger avec notre moitié.

Si c’est votre plus grand besoin, dans votre vie de couple, vous avez du mal à supporter le silence de votre partenaire, vous êtes triste lorsqu’il ne vous donne pas de parole affectueuse, vous lui reprochez cette froideur, pensant que s’il ne dit rien, c’est qu’il ne vous aime pas. Vous avez besoin de ces mots, preuve de l’amour de votre moitié.


Les moments de qualité

Les moments de qualité représentent le temps passé ensemble, ces moments peuvent être : un repas en tête-à-tête, une discussion ( au téléphone ou en vrai ), une activité partagée, cinéma, sport, loisir, shopping, balade, séance dvd, etc.

Si c’est votre plus grand besoin, dans votre couple, vous reprochez à votre partenaire de partager trop de temps à faire autre chose qu’être avec vous, vous aimeriez qu’il ou elle propose de passer du temps ensemble, vous lui reprochez peut-être de ne pas vous écouter, de ne pas vous poser de questions sur vous, etc. Vous avez besoin de ces moments passés à deux pour vous sentir aimé.

Les cadeaux

Les cadeaux peuvent représenter des choses simples, une fleur, un magazine, un mot écrit à la main, un bijou, un objet, un voyage, ou autres. Ils sont la preuve qu’on a pensé à vous, la notion de surprise s’accompagne de la notion de générosité, d’attention et donc d’amour.

Si c’est votre plus grand besoin, dans le couple, ce n’est pas le prix du cadeau qui est important, c’est ce qu’il représente ; l’envie de faire plaisir à l’autre. Si vous reprochez à votre partenaire de ne pas avoir la spontanéité de penser à vous de temps en temps et de vous ramener un petit quelque chose, c’est que vous avez besoin de ces attentions pour sentir l’importance que vous avez à ses yeux.

Les services rendus

Les services rendus représentent tout ce qu’on peut faire pour soulager l’autre, aller poster une lettre, mettre la table, faire à manger, laver la voiture, aider à faire ses devoirs, à ranger la chambre ou la maison, remplir des papiers, etc.

Si c’est votre plus grand besoin, il se peut que vous demandiez régulièrement à votre conjoint de vous aider, s’il ne répond pas à vos demandes, vous lui en faîtes le reproche.

Donner de son temps pour rendre un service à sa moitié est une preuve d’amour, qui prouve que nous sommes capable de sacrifier de notre énergie en faisant une tâche qui ne nous plaît pas forcément pour soulager l’autre.

 

⑤ Le toucher physique

Le toucher physique comprend la relation sexuelle mais également les bisous, les câlins, les caresses, les massages, les papouilles, etc.

Si le toucher physique est votre plus grand besoin, vous êtes en demande de contact physique, vous avez besoin que votre partenaire vous prouve qu’il vous aime en vous accordant de l’attention par le toucher.

Manque ou excès :

Chaque besoin est dû à un manque ou à un excès dans votre relation avec vos parents.

Par exemple : si votre plus grand besoin sont les paroles valorisantes, il se peut que vous ayez manqué de ça étant enfant.

À l’inverse, il se peut qu’un de vos parents vous ait inondé de compliments et de paroles d’amour, si c’est en excès, l’enfant peut se sentir étouffé par un parent trop démonstratif.

Dans les deux cas, c’est la relation avec vos parents qui ont définit quels sont vos besoins dans le couple.

Connaissance et communication :

Connaître ses besoins est important, il permet alors d’en faire la demande clairement avec votre partenaire. Vous devez également cerner quels sont ses attentes pour pouvoir les combler. La communication et le dialogue sont essentiels dans le couple car chaque personne est différente, personne ne peut deviner les besoins de l’autre.

Gary Chapman parle d’un réservoir émotionnel que chaque être humain possède au fond de lui.

Le réservoir se remplit à chaque attention que l’on vous porte. Si vos besoins sont comblés, votre réservoir est plein d’énergie d’amour, et vous avez donc la possibilité de donner en retour, de distribuer cette énergie. Dans un couple où chaque personne ne répond pas aux attentes de l’autre, le réservoir se vide, plus il est vide, moins nous sommes généreux et plus nous accumulons de la rancune, nous faisons des reproches sans cesse et la relation se détériore.

Il se peut que chaque partenaire ait l’impression de donner de l’amour à l’autre, mais souvent, il parle le mauvais langage de l’amour.

Exemple : si une femme fait toutes les tâches ménagères, rend des services à son mari, l’encourage et le complimente sans cesse mais le mari lui reproche de se sentir délaissé et pas aimé, c’est certainement que son plus grand besoin n’est ni les services rendus, ni les paroles valorisantes, mais plutôt le toucher physique et les moments de qualité. Le mari souhaiterait partir plus souvent en week-end avec sa femme, passer du temps au lit et partager des activités ensemble.

Les disputes découlent souvent de cette incompréhension des attentes de l’autre, d’où l’importance de comprendre, connaître et communiquer ses attentes à notre moitié.

D’après les résultats de cette méthode, les 5 langages de l’amour s’avèrent être une véritable clef pour faire durer un couple, car après quelques années, malgré des sentiments forts, il se peut que les réservoirs se vident et que l’amour laisse place à la colère qui finit toujours par éloigner.

Je vous conseille de mettre en application cette méthode afin de réussir votre vie sentimentale, vous pouvez également vous aider des exercices de communication pour les couples.

Juliette Vinay

Contact, site, lien

Sites / liens

Violence familiales, conjugales, psychologique ou physique et sexuelle , enfants et adultes Stopauxviolences.blogspot.fr   memoiretraumatiques.org    stopviolence.fr

Aide aux enfants maltraités psychologiquement et physiquement                  Enfantbleu.org    Enfance-et-partage.org    Paroledenfant.org

Aide à la relation parents – bébé    Alloparentsbebe.org

Aide aux victimes de pervers narcissiques   pervers-narcissique.fr

Aide aux victimes de secte unadfi.org 

Aide aux victimes de psychothérapeutes abusifs psyvig.com

Centre nationale de renseignements sur les droits des femmes et des familles   infofemmes.com

Demande d’aide juridictionnelle vosdroits.service-public.fr 

 

Numéro / contact

Numéro d’urgence enfance en danger 119

Police  17

Pompier 18

Association stop violence et maltraitance  06 42 39 98 31 ( appelle et sms ) 

Association enfant bleu aide à l’enfance 01.56.56.62.62

Association enfance et partage 0800 05 1234

Association aide à la relation parents bébé 0800 00 3456

Association parole d’enfant Marseille 04 91 22 15 52

Violences conjugales 3919

SOS Viol 08 00 05 95 95

Aide aux victimes de secte 01 44 92 35 92

 

FAIRE UN SIGNALEMENT 

La non assistance de personne en danger est punie par la loi. Si vous êtes témoin de maltraitance sur un enfant ou un adulte, vous devez prévenir les services sociaux.

Vosdroits.service-public.fr

 

 

 

 

 

 

 

Violence psychologique

La loi dans les détails

la loi n°2010-769 du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants a été publiée au journal officiel le 10 juillet 2010. ce texte, notamment, crée une ordonnance de protection pour les victimes, introduit dans le code pénal un délit de harcèlement moral au sein du couple et favorise l’expérimentation du bracelet électronique destiné à maintenir à distance le conjoint violent.

Le harcèlement moral au sein du couple est désormais une infraction punissable. Il se traduit par des agissements répétés ayant pour conséquence une dégradation des conditions de vie qui se manifeste par une altération de la santé physique ou mentale. Ces faits sont réprimés lorsqu’ils sont commis par le conjoint, le partenaire lié par un pacte civil de solidarité (PACS), le concubin ou par l’ex-conjoint, de l’ex-partenaire ou de l’ex-concubin. Ce délit de violence psychologique au sein du couple est puni de trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende ou cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende, selon la gravité du dommage.

Il est également prévu que, lorsque les violences exercées au sein du couple mettent en danger la personne qui en est victime , le juge aux affaires familiales peut délivrer en urgence à cette dernière une ordonnance de protection. Cette mesure, applicable dès octobre 2010 permettra d’organiser l’éviction de l’auteur des violences du domicile familial ou d’organiser le relogement de la victime , si elle choisit de quitter le domicile.  Le juge pourra également l’autoriser à dissimuler son adresse  L’objectif est de la mettre hors de portée de son conjoint et de statuer provisoirement sur la garde des enfants.

Une journée nationale de sensibilisation aux violences faites aux femmes, fixée au 25 novembre, est également instituée.

Violence psychologiques en détails / mémoiretraumatiques.org

Contact 

Violence faîte aux femmes

LA VIOLENCE FAÎTE AUX FEMMES

La Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993 (1) donne avec l’article premier la définition suivante de la violence à l’égard des femmes et des filles : « tout acte de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée. »

Et le féminicide peut être défini comme le meurtre d’une femme ou d’une fille parce qu’elle est de sexe féminin(crimes « d’honneur », violence conjugale, meurtres sexuels, meurtre de femmes prostituées, filles éliminées avant ou après la naissance…).

Ces violences faites aux femmes et aux filles massivement commises par des hommes sont un fléau qui transcende les pays, les ethnies, les cultures, les classes sociales et les classes d’âge. Elles représentent une atteinte grave à leur intégrité physique et psychique, et une violation de leurs droits fondamentaux à la vie, à la sécurité, à une égale protection de la loi, à ne pas subir de discrimination sous aucune forme, à l’égalité et à la dignité, au meilleur état de santé physique et mentale possible, et à ne pas être soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Dr Muriel  Samona

Mémoiretraumatiques.org

Contact 

Violence physique et psychologique faîte aux enfants

LA VIOLENCE PHYSIQUE ET PSYCHOLOGIQUE FAÎTE AUX ENFANTS

Six formes de maltraitance psychologique isolées par l’American Professionnal Society on the Abuse of Children (APSAC, 1995) :

 
  • Le rejet actif traduisant une non-reconnaissance de la légitimité des besoins et des demandes de l’enfant,
  • Le dénigrement (souvent associé au rejet) visant à déprécier et dévaloriser l’enfant,
  • Le terrorisme lié à la création d’un climat menaçant, capricieux, hostile ou imprévisible, en définitive terrorisant l’enfant,
  • L’isolement-confinement se définissant par le fait de couper l’enfant de ses contacts sociaux usuels en l’amenant à croire qu’il n’a personne sur qui compter en dehors de ceux qui le maltraitent,
  • L’indifférence face aux demandes affectives de l’enfant traduisant l’indisponibilité des parents pour l’enfant.

Source : Stopviolence.fr

 

DÉFINITIONS ET LOIS

Selon l’Article 19 de la Convention Internationale des droits de l’enfant (20 novembre 1989), la maltraitante renvoie à « toutes formes de violences, d’atteintes ou de brutalités physiques et mentales, d’abandon ou de négligences, de mauvais traitements ou d’exploitation, y compris la violence sexuelle ». En France pour l’ODAS (Observatoire Décentralisée de l’Action Sociale) l’enfant maltraité est celui qui est « victime de violences physiques, cruauté mentale, abus sexuels, négligences lourdes ayant des conséquences graves sur son développement physique et psychologique. » L’ODAS distingue, depuis 1993, les enfants à risque et les enfants maltraités. L’enfant à risque est celui qui connaît des conditions d’existence qui risquent de mettre en danger sa santé, sa sécurité, sa moralité, son éducation, ou son entretien, mais qui n’est pour autant pas maltraité. Les enfants en danger comprennent l’ensemble des enfants en risque et des enfants maltraités.

Pour la loi, les violences envers les enfants, qu’elles soient physiques ou sexuelles, ont de nombreuses circonstances aggravantes, violences sur mineurs de 15 ans, par ascendant légitime, naturel ou adoptif ou par toute autre personne ayant autorité sur le mineur. Et l’enfant en danger doit être protégé par les adultes qui ont connaissance des situations à risque ou des violences que l’enfant pourrait subir ou bien ou qui les suspectent. La loi impose aux citoyens et aux professionnels de signaler les enfants en danger et ce jusqu’à 18 ans (art 434-1 et 434-3, art 226-13 sur la levée du secret professionnel). La prévention des violences faites aux enfants est un devoir pour tout professionnel prenant en charge des enfants ou des parents. En France : selon l’ODAS (2006), chiffres qui proviennent de signalements forcément très sous-estimés, 98000 enfants en danger dont 19000 enfants maltraités (victimes de violence physiques, sexuelles, psychologiques, de négligences lourdes ayant des conséquences graves sur son développement physique et neurologique) et 79000 enfants à risque. Sur les 19000 enfants maltraités on retrouve 31% de violences physiques, 24% de violences sexuelles, 19% de violences psychologiques, 26% de négligences lourdes.

« De toutes les violences, les violences envers les enfants sont certainement les plus cachées. La loi du silence y règne en maître. Et c’est particulièrement vrai pour les maltraitances, c’est à dire les violences subies par des enfants alors qu’ils sont sous la garde d’une personne de confiance ou dont ils dépendent, comme un parent, un frère ou une sœur plus âgé, un autre membre de la famille, une nourrice, un baby-sitter, ou par une personne ayant une autorité sur l’enfant (enseignant, éducateur, personnel soignant, prêtre, etc.), et parfois même par des personnes travaillant dans une structure sociale censée protéger les enfants d’un tel danger (institution, famille d’accueil, etc.)

Il est essentiel de lutter efficacement contre les violences faites aux enfants, les conséquences à court, moyen et long terme sur leur santé psychique et physique sont catastrophiques ; et les conséquences sociales à long terme sont catastrophiques également, car elles constituent le départ d’un véritable cycle de la violence. Il faut protéger les enfants et les soigner le plus tôt possible ; plus les soins sont précoces, plus ils sont efficaces et plus ils évitent des souffrances intolérables et des morts précoces. Il est hors de question de les abandonner à ces violences : sans prise en charge les enfants devront survivre comme ils peuvent et seront à grand risque d’échecs scolaires, de conduites addictives (tabac, alcool, drogues), de marginalisation, d’isolement social, d’exclusion, de délinquance. »

Dr Muriel Salmona

Source : Mémoiretraumatique.org

Contact 

Psycho2rue

334931_268856043155956_1102665804_o

Pour qui ce site ?

Ce site s’adresse aux adolescents comme aux jeunes adultes, ou adultes désirant en savoir plus sur le fonctionnement de la psyché humaine, les relations humaines, la spiritualité, le bien-être en règle générale. Il est composé d’articles basés sur des livres, recherches ou études déjà réalisées au préalable, dont j’en fais les résumés et la synthèse, de manière à rendre ces informations accessibles à tous.

La majorité des articles sont sur les thèmes de l’auto-analyse, la remise en question, l’apprentissage de la communication, je propose également des outils de guérison, des exercices et des tests qui vous permettront de vous comprendre mais également de comprendre votre entourage.

Ce site s’adresse donc aux personnes qui désirent se comprendre, s’instruire, évoluer, se libérer et être en paix.

 

Le but de psycho2rue 

La notion de liberté reviendra souvent au travers des articles, je parle de liberté mentale en tout premier lieu. En effet, les être humains sons soumis à leurs propres croyances, leurs propres schémas de pensée et leurs propres comportements qui les enferment dans une vie de répétition des mêmes réactions, des mêmes émotions et des mêmes situations en boucle. La liberté commence donc par ouvrir les yeux sur ces évènements qui se reproduisent, par les comprendre, accepter que nous pouvons changer quelque chose et donc avoir un impact sur notre entourage. Il s’agit également de se libérer de la peur et de la culpabilité, car elles nous empêchent de communiquer sainement, de s’exprimer librement. Soigner la source de ses émotions ( peur de blesser, peur de créer un conflit, peur d’être jugé, critiqué, rejeté ou abandonné, culpabilité de s’exprimer, d’être soi-même, etc. ) permet de libérer la parole, qui est le seul moyen de guérison. La libération des émotions est une étape obligatoire dans le changement et un pas vers la liberté, elle ne se fera que par le biais de la parole, ou de l’écriture.

La liberté se répercute ensuite sur les proches, le but de psycho2rue c’est également de nous libérer de l’emprise néfaste de certaines personnes, que ça soit un parent, un ami, un conjoint… Certaines personnes cherchent simplement à nous contrôler, à nous manipuler, de manière consciente ou inconsciente, et cette emprise peut faire énormément de dommages sur une structure psychologique fragile. Toutes les victimes du harcèlement moral, de critiques incessantes, de violences psychologiques ou physiques à répétition, d’emprise en règle générale peuvent trouver sur ce site des aides pour se sortir de cette situation. Tout témoignage, tout message sera pris en compte et écouté, je donne la parole à tout le monde, enfants, adolescents, adultes, désireux d’essayer de changer sa vie. La Rubrique la foire aux question est un forum vous permettant de laisser vos commentaires et de discuter avec d’autres personnes. Mais les messages doivent respecter les règles du site énoncées ci-dessous.

Dans les cas les plus graves, la rubrique Aide vous fournit des numéros d’appel avec des professionnels, des associations d’aide aux victimes de violence, des conseils pour vous faire aider, en référence avec l’Article 19 de la Convention Internationale des droits de l’enfant (20 novembre 1989), la maltraitance renvoie à « toutes formes de violences, d’atteintes ou de brutalités physiques et mentales, d’abandon ou de négligences, de mauvais traitements ou d’exploitation, y compris la violence sexuelle ». Vous trouverez les informations des lois en vigueur pour la protection de l’enfance et la protection des conjoints victimes.

 

Les règles du site 

  • Ce site est pour la paix de l’esprit et la liberté de l’être humain.
  • Ce site n’est aucunement un endroit pour déverser sa haine, tout propos violent est interdit.
  • Le manque de respect envers l’être humain, les lois et l’autorité n’est pas autorisé ici, les propres racistes, homophobes, sexiste, les insultes, et les mots blessants pouvant porter atteinte ou préjudice à une tierce personne ne sont pas les bienvenus non plus.
  • L’incitation à la débauche n’est pas acceptée ici prise de drogue, de médicament créant une accoutumance, d’alcool, cigarette ou autres. Les seuls conseils pouvant être recueillis seront en lien avec le bien-être mental et physique et le respect de l’esprit et du corps.
  • Ce site est laïque et ouvert à tous. Je parlerai de « spiritualité » ou de « philosophie de vie » mais en aucun cas, des propos et des idées religieuses ne seront véhiculées au travers de mes articles, les incitations à adhérer à une quelconque religion ou un groupe religieux ou sectaire seront rejetés. Je peux être amené à citer des passages de textes sacrés, mais ce ne sera que dans un but culturel et philosophique.

TOUT COMMENTAIRE NE RESPECTANT PAS CES RÈGLES SERA IMMÉDIATEMENT EFFACÉ ET VOTRE COMPTE UTILISATEUR SERA SUPPRIMÉ.

 

Juliette Vinay